20.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Début, hier, des épreuves du BEM: Ni coupure d’Internet ni fuite de sujets

«Personne n’a évoqué la coupure d’Internet durant les examens de fin d’année pour la saison juin 2022», a réagi le ministre de l’Education nationale en réponse à une question sur cette éventualité en cette période d’examen, assurant que «le phénomène de fuite des sujets d’examen a nettement reculé, grâce à la prise de conscience chez les élèves».

Par Thinhinane Khouchi

C’est à Touggourt que le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a donné, hier matin, le coup d’envoi de l’examen du Brevet d’enseignement moyen (BEM) session juin 2022, à partir du CEM Tamarni-Mohamed. Belabed était accompagné, lors de l’ouverture des plis contenant les sujets du BEM, par le conseiller du président de la République chargé de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur, Nourredine Ghouali, du wali de Touggourt, Sebaa Nacer, ainsi que des représentants des autorités civiles et militaires de la wilaya et de membres du Parlement. Lors d’un point de presse, le ministre du secteur a été interrogé sur l’éventualité de couper l’Internet en prévision des épreuves aussi bien du BEM que du Bac, comme ce fut le cas ces dernières années. Une hypothèse que Belabed a évacuée, assurant que «personne n’a évoqué la coupure d’Internet». Le ministre s’est également exprimé sur le fléau de la triche au Bac et au BEM, le jugeant inacceptable. Selon lui, le phénomène qui consiste à diffuser sur les réseaux sociaux de faux sujets d’examen à la veille des épreuves a nettement reculé, grâce «à la prise de conscience chez les élèves et au travail de sensibilisation des enseignants et des autorités». «En sus de la sensibilisation, l’État a pris des mesures coercitives», a rappelé Belabed, en référence aux peines d’emprisonnement que risquent les fraudeurs. Le ministre de l’Éducation nationale a salué la dernière annonce du ministère de la Justice relative à la lutte contre la fraude et la fuite des sujets. En effet, le département de Abderrachid Tebbi a annoncé le 2 juin avoir instruit les procureurs généraux auprès des cours de justice à l’effet de prendre «les mesures nécessaires pour prévenir et lutter contre la fraude et la fuite des sujets d’examen, notamment à travers l’utilisation des technologies de l’information et de la communication». Tout en se félicitant que le fléau de la triche et de la fraude a été contenu au début des épreuves du BEM, il en sera de même pour le baccalauréat (du 12 au 16 juin 2022). Pour Belabed, il s’agit surtout d’éviter les scénarios des années précédentes, notamment en 2018, après des fuites du sujet de l’épreuve de langue arabe sur Facebook. Enfin, le ministre a indiqué que «les résultats seront annoncés vers la fin du mois en cours», sans avancer de date précise.

Des sujets «abordables» au premier jour de l’examen
Approchés hier devant le CEM Pasteur, les candidats aux épreuves du Brevet d’enseignement moyen ont relevé que les sujets des épreuves du premier jour (langue arabe, physique), qui se sont déroulés de 8h30 à 12h30 et (éducation islamique et d’éducation civique) durant l’après-midi, étaient «abordables» pour la majorité. En effet, Près de 740 000 candidats ont entamé les épreuves du BEM à l’échelle nationale. Lors de cette première journée, la majorité des candidats rencontrés nous ont confié que les sujets de langue arabe, éducation islamique et éducation civique étaient abordables. Certain ont même assuré qu’ils étaient faciles. Pour le sujet de physique, quelques élèves nous ont révélé qu’il était difficile. Pour Selma, un candidate au BEM, rencontrée hier devant le CEM Pasteur, «le texte de l’examen de langue arabe sur le travail des enfants était long, mais les questions abordables». Cet avis est partagé par ses camarades qui ont assuré que le sujet était à la porté de tous. Pour une enseignante de langue arabe rencontrée à la sortie de ce même CEM, «le sujet était facile pour les candidats qui ont révisé». «J’ai trouvé quelques difficultés en physique, les questions étaient difficiles et j’ai fait de mon mieux», nous dira Amine, candidat au BEM, qui nous assure qu’il espère se reprendre l’après-midi avec les matières de mémorisation : éducation islamique et éducation civique. De leur côté, les parents étaient nombreux à attendre leurs enfants pour les déstresser et s’assurer du bon déroulement de l’examen. Plusieurs d’entre eux ont exprimé leur mécontentement sur le nombre d’épreuves en une seule journée. «Quatre matières en une seule journée c’est vraiment trop. Mon fils a eu du mal à se préparer», nous dira Zakia, la mère d’un candidat. Par ailleurs, nous avons constaté que les épreuves du premier jour du BEM se sont déroulées dans de bonnes conditions.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img