21.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

Enveloppe

Si les deux candidats américains à l’élection présidentielle de novembre prochain s’opposent sur presque tous les sujets, le dossier de la guerre en Ukraine constitue l’un des plus grands points de contention entre les deux hommes. Car si Donald Trump, isolationniste convaincu, refuse de continuer à soutenir Kiev dans sa guerre contre Moscou, Joe Biden, comme le reste du camp démocrate, est lui le plus important soutien de l’Ukraine et a déjà envoyé près de 100 milliards d’aide pour soutenir l’effort de guerre de ses alliés. Mais ces sommes mirobolantes ne sont pas du tout du goût des Américains, qui sont de moins en moins nombreux à vouloir soutenir l’Ukraine financièrement, alors même que l’inflation étrangle des millions de foyers aux États-Unis. Or, Washington a adopté mardi encore une nouvelle gigantesque enveloppe d’assistance militaire et économique pour l’Ukraine de 61 milliards de dollars, fruit de mois de tractations extrêmement tendues et laborieuses au Congrès. «Enfin, enfin, enfin. Ce soir, après plus de six mois de travail acharné et de nombreux rebondissements, l’Amérique envoie un message au monde entier : nous ne vous tournerons pas le dos», a applaudi le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer. Le Président Biden a aussitôt annoncé qu’il allait promulguer le texte, adopté quelques jours plus tôt à la Chambre des représentants, l’autre composante du Congrès américain. «Je signerai cette proposition de loi et m’adresserai au peuple américain dès qu’elle arrivera sur mon bureau demain [aujourd’hui], afin que nous puissions commencer à envoyer des armes et du matériel à l’Ukraine cette semaine», a-t-il déclaré. Le Congrès a répondu à «l’appel de l’histoire» avec cette loi qui vise à «renforcer notre sécurité nationale et à envoyer au monde un message sur la puissance du leadership américain», a-t-il ajouté dans un communiqué de la Maison-Blanche. Sur les réseaux sociaux, son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky s’est dit «reconnaissant envers le Sénat des États-Unis pour avoir approuvé une aide vitale pour l’Ukraine». Ces fonds sont le résultat de mois de négociations extrêmement acrimonieuses, d’allées et venues du président ukrainien à Washington, et de pressions d’alliés à travers le monde. L’assistance militaire américaine, interrompue depuis plusieurs semaines, devrait reprendre quasiment dans la foulée d’ici «les prochains jours», a indiqué, mardi, le porte-parole du Pentagone. L’adoption de ce plan d’aide est un soulagement pour l’armée ukrainienne, confrontée à une pénurie de nouvelles recrues et de munitions, face aux pressions constantes des troupes russes à l’est. Les États-Unis sont le principal soutien militaire de Kiev, mais le Congrès n’avait pas adopté de grande enveloppe pour son allié depuis près d’un an et demi, principalement en raison de querelles partisanes. Le chef républicain au Congrès a fini par soutenir la reprise de l’aide militaire et économique. «Je préfère envoyer des munitions à l’Ukraine qu’envoyer nos garçons se battre», a-t-il justifié. Ce plan d’aide autorise aussi le Président Biden à confisquer et à vendre des actifs russes pour qu’ils servent à financer la reconstruction de l’Ukraine. Une idée qui fait son chemin auprès d’autres pays du G7. Une grande partie de l’enveloppe servira par ailleurs à reconstituer les stocks de l’armée américaine et reviendra aux usines d’armement aux États-Unis. Reste que pour le moment, le gros de l’aide à l’Ukraine sort des caisses américaines, financées par le contribuable, qui sera invité à voter dans quelques mois pour son prochain président. Or, la position de Donald Trump vis-à-vis de l’Ukraine est celle partagée par beaucoup d’Américains et pourrait l’aider à faire basculer le vote des indécis en novembre prochain.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img