21.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

65e anniversaire de la mort des colonels Amirouche et Si L’Houes: Amirouche Ait Hamouda était l’ennemi public numéro 1 de l’armée française

Le chercheur en histoire Malek Ait Hamouda a animé hier une conférence intitulée «Amirouche et la Wilaya 3 historique» au Musée du moudjahid de Tizi Ouzou, dans le cadre de la commémoration du 65e anniversaire de la mort des colonels Amirouche et Si L’Houes, au cours de laquelle il est longuement revenu sur son travail de recherche s’appuyant sur les archives de l’armée française pour documenter des faits historiques, notamment des opérations militaires de l’armée de l’occupant et les batailles que leur a livrées l’Armée de Libération Nationale. Le conférencier a appuyé ces faits avec des archives et documents de l’Armée, de la gendarmerie et des services de renseignement français pour revenir sur plusieurs opérations menées par l’armée coloniale sur le territoire de la Wilaya 3 historique. Malek Ait Hamouda a souligné que le colonel était devenu l’ennemi public numéro 1 de l’armée française, compte tenu de sa force de frappe contre ses militaires dans la Wilaya 3 historique, lui faisant subir de grandes pertes dans ses rangs et d’importants moyens ont été mobilisés à compter de 1958 pour le localiser et l’éliminer. Le colonel Amirouche a réussi à déjouer ces nombreux plans de l’armée français visant son élimination. Malek Ait Hamouda n’a pas manqué d’évoquer de nombreuses batailles de l’Armée Nationale de Libération contre les soldats français ou encore des opérations de l’armée française avec des documents attestant leur déroulement et renseignant en matière de pertes subies et des martyrs tombés au champ d’honneur. Il afait état de documents de l’armée française prouvant de nombreux crimes de guerre, dont des exécutions sommaires commises à divers endroits du pays. Le conférencier a conclu sa conférence par les célèbres lettres adressées par le colonel Amirouche à Si Amar Ben Hadj, adjoint de Si L’Houes, dans la région de Biskra et aux étudiants envoyés en Tunisie, tombées aux mains de l’armée française. Pour Malek Ait Hamouda, le colonel Amirouche était un nationaliste irréductible, un très bon organisateur tenant fermement sa wilaya, un chef respecté et craint, à influence au-delà de sa wilaya et celui qui a humilié l’armée française par ses nombreuses embuscades réussies. Le chercheur historien a promis de revenir prochainement pour évoquer d’autres faits historiques documentés par des archives françaises, dont l’embuscade au cours de laquelle les colonels Amirouche et Si L’Houes sont tombés au champ d’honneur un certain 29 mars 1959. A noter que le programme de la commémoration de ce triste anniversaire, tracé par la Fondation Amirouche Ait Hamouda, se poursuivra aujourd’hui à Tassaft Ouguemoune par l’inauguration d’une stèle érigée à la mémoire des chouhada du village natal du colonel, puis l’après-midi à la salle des 3C de Timizart Loghbar (commune deTizi Ouzou) pour des prises de parole et des chants patriotiques.

Hamid M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img