14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Afin d’accélérer le programme de la transition énergétique: L’expert Toufik Hasni appelle à libérer le champ des investissements en Algérie

«En libérant le champ des investissements et en améliorant le climat des affaires dans notre pays, les entreprises étrangères s’intéresseront davantage au marché algérien. L’Etat n’aura plus besoin, donc, de financer la transition énergétique», a indiqué, hier, Toufik Hasni, consultant en transition énergétique.

Par Thinhinane Khouchi

S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, le consultant en transition énergétique a indiqué que «la crise énergétique que traverse le monde, notamment l’Europe, doit nous inciter à accélérer le programme de transition énergétique, et ce, en libérant au plus vite le champ des investissements». En effet, le programme de transition énergétique va permettre de réduire la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles qui représentent 98 % de la production énergétique du pays et créer une dynamique pour l’émergence de «l’énergie verte» et la diversification de sources de production. Lors de son intervention sur les ondes de la Chaine 3, Toufik Hasni a fait savoir qu’on améliorant le climat des affaires dans notre pays, les entreprises étrangères s’intéresseront davantage au marché algérien, et l’«Etat n’aura plus besoin, donc, de financer la transition énergétique». Selon lui, l’Algérie est un pays qui respecte ses engagements contractuels et c’est ce qui fait notre force, a-t-il dit, rappelant que «nous n’avons jamais failli à nos contrats. Même aux moments de crises avec des partenaires, on a continué à livrer du gaz malgré nos divergences sur certains points. C’est un point déterminant qui fait la force du pays». En outre, Toufik Hasni a précisé que l’Algérie peut produire de l’électricité à un prix imbattable sur le marché mondial. «Nous sommes en mesure de produire de l’électricité à un coup qui va être compétitif avec toutes les formes alternatives. Aujourd’hui, on le situe entre 8 et 10 DA le kilowattheure». La particularité du solaire thermique, selon Toufik Hasni, c’est que 90 % des charges sont fixes. «Ce qui va nous permettre de faire une offre de prix qui peut rester constante pendant 20 à 25 ans. Personne ne peut faire cela. On a donc un avantage sans pareil», a-t-il expliqué. L’expert a fait savoir que nous avons l’équivalent de
40 000 milliards m3 en solaire thermique. «C’est l’avenir du secteur énergétique en Algérie», a-t-il estimé, précisant que la stratégie basée sur le solaire thermique ne plaît pas à certains qui veulent nous orienter vers le photovoltaïque et l’hydrogène. Enfin, selon lui, «l’Algérie doit aller vite vers les énergies renouvelables pour assurer sa sécurité énergétique», ajoutant que la sécurité énergétique n’est ni dans le pétrole ni dans le gaz mais dans le solaire. «Le potentiel de l’Algérie est l’un des plus importants du monde en ce qui concerne l’énergie en général et le solaire en particulier».

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img