19.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Pour l’administration Biden, l’ennemi principal c’est toujours Donald Trump

Les démocrates américains ont soutenu sans désemparer pendant tout le mandat de Donald Trump, cette chose dont il est possible de mesurer aujourd’hui toute l’absurdité, à savoir que ce sont les Russes qui par leur immixtion dans le processus électoral l’ont fait élire président des Etats-Unis. Il s’en est même trouvé ensuite un chef du FBI, James Comey, pour vouloir en apporter la preuve, ce qui n’a pas manqué de provoquer son limogeage. Il est probable que sans cette volonté forcenée de leur part de délégitimer son élection, Trump aurait accepté plus facilement sa défaite lors de la présidentielle suivante. Il n’y aurait eu selon toute vraisemblance ni refus par lui de sa défaite devant Joe Biden ni violation du Capitole par ses partisans. Ce sont eux qui ont déclenché l’espèce de guerre civile qui se poursuit encore, dont personne ne peut voir le terme. Dans ce climat délétère persistant, l’administration Biden a visiblement plus à craindre d’une défaite aux élections de mi-mandat, qui approchent inexorablement, face aux républicains que d’une défaite militaire dans la guerre par procuration qu’elle mène contre la Russie en Ukraine.

On sait que lors du sommet de juin de l’Otan, tenu à Madrid, celle-ci a changé d’ennemi principal, jusque-là la Chine, pour donner cette qualité à la Russie, pour prix de son invasion de l’Ukraine. Or, pour l’administration américaine en particulier, ce titre n’a pas changé d’attribution, il appartient toujours à Trump. Le seul ex-président resté le chef de son camp après une défaite électorale, et qui menace de se représenter en 2024, c’est-à-dire dans deux ans, qui plus est avec des chances qui ne sont pas nulles de redevenir président. Les démocrates n’avaient déjà pas accepté sa première élection alors qu’elle était irréprochable au point de vue de la forme. Ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher que ce cauchemar se réalise à nouveau. La meilleure façon de s’y prendre, c’est de le traîner devant un tribunal criminel et d’obtenir sa condamnation. Ainsi seulement, ils seront certains qu’il ne se représentera pas. Ces dernières 24 heures, justement, l’information a filtré que le Département de la Justice a ordonné une enquête criminelle sur son rôle avant et pendant les événements du 6 janvier. Un développement que tout à vrai dire annonçait et depuis des mois, bien qu’il ait contre sa réalisation quelque chose qui en principe est rédhibitoire : le deuxième procès en destitution organisé alors que Trump n’était plus président, et qui l’avait innocenté, certes seulement parce qu’il avait manqué des voix pour le faire condamner. Les démocrates ont intérêt à faire vite, parce que le temps presse, et que les républicains ont fait savoir qu’ils mettraient fin à tout cela s’ils gagnaient les élections de novembre. Trump, pour sa part, continue de mener sa campagne, qui ne s’est pratiquement jamais interrompue. Quand ce n’est pas pour lui-même, c’est pour soutenir la candidature de ceux des républicains se réclamant le plus de lui. Ce que les démocrates se soucient le plus de mesurer dans ce genre de circonstances, c’est de savoir si son influence joue encore ou si elle a diminué, ou si elle tend seulement à diminuer. Bref, ils vivent encore les yeux braqués sur lui.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img