15.9 C
Alger
lundi 20 mai 2024

Seddik Mahi, conteur algérien: «Un festival du conte est le rêve des conteurs en Algérie»

La Maison du conte est un nouveau club ouvert au sein de l’espace pédagogique arts et littérature de la Direction de l’éducation nationale de Sidi Bel-Abbès. Ce nouvel espace, créé en étroite collaboration avec le conteur algérien de renommée internationale Seddik Mahi, coïncide avec la célébration du Mois du patrimoine. Ravi de prendre part à la création de cet espace dédié au patrimoine oral algérien, Seddik Mahi nous parle de cette expérience, le but de sa création et ses perspectives pour l’avenir.

Propos recueillis par Abla Selles

Le Jour d’Algérie : Présentez-nous la Maison du conte.
Seddik Mahi : Il s’agit d’un espace culturel qui met en valeur les contes de nos ancêtres. Cet art qui est souvent oublié ou marginalisé est en réalité un héritage de grande valeur qu’on doit préserver et valoriser. La Maison du conte est un espace dirigé par des gens qui connaissent bien la valeur de cet héritage culturel et qui œuvrent à le transmettre aux générations futures. Je tiens à saluer, dans ce sens, les efforts de la Direction de la culture de Sidi Bel Abbès et la directrice de l’éducation de la ville ainsi que l’artiste plasticien et inspecteur Farid Daz. Cet espace contribue à la dynamique culturelle de la ville de Sidi Bel-Abbès tout en associant les élèves des différents établissements scolaires.

Quels genres d’activités seront accueillis à la Maison du conte ?
C’est le conte qui sera célébré à chaque fois dans ce club. Les responsables comptent mettre en valeur tous les genres de conte pour les transmettre aux générations futures. Des conteurs professionnels seront invités à cet espace pour mieux le faire connaître au public. Des amateurs de conte sont aussi les bienvenues pour prouver leur talent et faire revivre cet art ancestral.

Quelle est la tranche d’âge ciblée dans ce club ? 
Pour le moment, la Maison du conte est ouverte aux enfants des trois cycles scolaires. Des cours d’initiation à l’art du conte ainsi que des ateliers sont au programme pour l’année en cours. Des rencontres autour du sujet du conte seront organisées aux élèves et aux enseignants. Il y aura aussi des séances de lecture à haute voix et des projets dans ce sens. Il faut savoir que la Maison du conte est une première dans notre pays et ses responsables comptent avancer lentement mais sûrement dans la concrétisation de leur but.

Avez-vous des projets pour accompagner la Maison du conte ?  
Oui, c’est avec plaisir. J’ai toujours appelé à donner plus d’importance aux contes de mon pays et faire revivre cet art, c’est déjà un grand projet. Je serai  ravi de remettre les clés et les secrets de cet art aux jeunes talents. Je pratique cet art depuis des années et serai toujours disponible à contribuer dans sa promotion en Algérie comme à l’étranger.

Doit-on s’attendre à un festival local ou national du conte ?
Aucune idée. Un festival du conte est le rêve des conteurs en Algérie. J’ai toujours souligné l’importance de donner plus de valeur à cet art, mais c’est dommage que nos contes sont racontés dans plusieurs pays et aucun évènement n’accueille les conteurs en Algérie. J’ai même peur que nos contes soient volés par d’autres pays alors que c’est un patrimoine national qu’on doit préserver avec tous les moyens possibles.

Un dernier mot…
J’encourage les jeunes à aller vers la découverte de l’art de conter en attendant que les responsables de la culture créent un festival national pour promouvoir cet art.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img