13.9 C
Alger
mercredi 7 décembre 2022

Nouvelle rencontre avec les professionnels du secteur avicole : Des discussions, faute de décisions…

L’Etat perd le contrôle des prix. En l’absence de régulation, les prix des produits agricoles et avicoles ont atteint des seuils intolérables. De nombreuses décisions et dispositions prises par les autorités pour alléger le poids qui pèse sur le citoyen n’ont malheureusement pas donné de résultats.

Par Louisa A. R.

Depuis quelque temps, les prix échappent au contrôle. Presque tous les produits connaissent une augmentation. Les prix des produits alimentaires, notamment agricoles, maintiennent une tendance haussière, en dépit de leur disponibilité au niveau des marchés de gros et de détail. Le pouvoir d’achat des ménages continue de s’éroder. Le secteur avicole n’a pas été épargné par la hausse des prix qui a touché plusieurs produits de première nécessité. Depuis quelques semaines, le prix des volailles affiche une tendance haussière. Des hausses qui vont au-delà du pouvoir d’achat du consommateur algérien. Pour tenter de stabiliser les prix qui flambent sans aucune explication, le ministre de l’Agriculture, Mohammed Abdelhafid Henni, a présidé, mardi soir, au siège du ministère, une réunion de coordination et de concertation avec les représentants du Conseil national interprofessionnel de la filière avicole (CNIFA), en présence du président de la Chambre nationale d’agriculture et du président de la Fédération nationale de la filière avicole de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA). Au cours de la réunion qui s’inscrit dans le cadre de réunions périodiques organisées avec divers acteurs du secteur, le statut de la filière volailles et viandes blanches a été passé en revue, ainsi que les voies et perspectives de son développement à travers différents programmes et mesures incitatives désignés pour cette filière stratégique, dans le cadre de l’importance que le ministère attache aux préoccupations soulevées par les professionnels du secteur dans une vision participative et volontariste. À la suite de cette réunion, une série de décisions et d’actions ont été prises. Elles s’inscrivent dans le cadre de l’organisation et du contrôle de cette filière, dans le but d’assurer la disponibilité des produits et la stabilité des prix.Cette situation est due à l’absence de contrôle. Le citoyen est excédé par cette énième hausse des prix qui continuent à éroder son pouvoir d’achat. Une augmentation qui oblige encore une fois les clients à diminuer les quantités achetées. Bien que l’Etat a pris beaucoup de décisions pour lutter contre le phénomène de la spéculation, la réalité est qu’il n’y a pas de suivi sur le terrain puisque les commerçants n’en font qu’à leur tête. Ils profitent de la forte demande pour s’adonner à la spéculation, malgré les engagements pris par les autorités concernées de diminuer les prix. Dans un marché où l’informel et les intermédiaires règnent, le contrôle doit être renforcé pour éviter aux spéculateurs de tirer profit de la situation.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img