12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

«L’Algérie bénéficie d’un confort financier» pour se positionner en 2023: L’économiste Boughazi appelle le secteur privé à suivre le rythme des réformes

Pour réussir son décollage, l’Algérie doit bouger rapidement économiquement et apporter plus financièrement, en plus de restaurer sa position en Afrique, surtout qu’elle se place aujourd’hui dans le meilleur couloir pour poursuivre son objectif tracé pour cette nouvelle année.

Par Louisa A. R.
C’est ce qu’a recommandé l’expert en économie, Hamza Boughazi, qui indique que «l’Algérie bénéficie d’un confort financier qui la qualifie pour consacrer des réformes en 2023». Intervenant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, l’expert en économie a expliqué que cette reprise intervient après l’épidémie de coronavirus, et le succès obtenu en termes de transition économique. Dans le même contexte, l’expert a cité également les richesses et les capacités dont dispose l’Algérie, à savoir le gaz et les énergies renouvelables, pour se mieux positionner stratégiquement. Pour l’expert économique, l’Algérie se positionne aujourd’hui dans le meilleur couloir pour poursuivre son objectif tracé par le président de la République, Abdelmadjd Tebboune, qui a affirmé une nouvelle fois que l’année 2023 sera une année économique, considérant que la conjoncture est propice pour réaliser cet objectif. «L’Algérie doit bouger rapidement économiquement et apporter plus financièrement pour réussir son décollage, en plus de restaurer sa position en Afrique et de consolider la dimension arabe, pour redonner sa gloire au temps où elle était une puissance historique en Méditerranée», a-t-il souligné.
A propos de l’adhésion de l’Algérie au groupe BRICS, formé par cinq pays : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud, l’invité a affirmé que «rejoindre les BRICS permettra un changement important, envisageant la nécessité d’activer 300 000 diplômés universitaires chaque année, d’autant plus que l’Algérie dispose d’une diversité de ressources humaines». Pour rappel, la volonté de l’Algérie d’adhérer aux BRICS a été exprimée en juillet dernier par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, qui avait indiqué que l’Algérie dispose de tous les atouts et remplit toutes les conditions lui permettant de rejoindre ce groupe. Il avait rappelé que l’adhésion de l’Algérie, au club très fermé des BRICS, est importante pour notre pays, estimant qu’il représente un bloc et une force politique et économique avérée et que cela mettrait l’Algérie à l’abri des tiraillements entre les deux pôles. Quant aux facilitations accordées aux investisseurs étrangers, Boughazi a considéré cette étape comme un indicateur qui facilitera l’accélération de la croissance du système touristique. Il a noté que «l’industrie mécanique impose l’ouverture, vu l’importance du transfert technologique». L’expert a suggéré d’apporter des usines complètes, de manière à faire de l’Algérie un pôle en Afrique. Il a également appelé à élargir prudemment l’assiette fiscale et à améliorer le service public, tout en travaillant à accélérer la numérisation et la modernisation de tous les secteurs, en plus d’exhorter le secteur privé à suivre le rythme des réformes de
l’État.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img