23.9 C
Alger
samedi 25 mai 2024

Mustapha Yahi à Béjaïa: «Le RND est une force politique qui pèse lourd»

C’est devant plus d’un millier de militants, cadres et sympathisants du parti que le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Mustapha Yahi, a déroulé pendant près de trois quarts d’heure les positions de son parti sur différentes questions intéressant le pays. Il a vivement salué le vision stratégique du président de la République qui a su, selon lui, «extirper le pays du danger et le conduire à bon port». Il en veut pour preuve les différentes réformes socio-économiques, politiques et judiciaires qu’il a courageusement menées pendant un peu plus de quatre années pour faire de l’Algérie «une force économique qui compte dans la région». Selon le SG du RND, «ces réformes ont donné leurs fruits, transformé le pays en grand chantier». «Le président de la République a impulsé une dynamique économique et sociale, a-t-il martelé. Ces réformes ont également provoqué une grande dynamique sur le plan industriel et sur l’investissement en général». Et d’ajouter : «Pour nous, c’est le bon chemin à emprunter pour mener le pays vers le développement et c’est pour cela que nous voulons mettre en valeur ses chantiers, l’encourager, lutter contre le populisme et le discours subversif». Mustapha Yahi, qui semble être en précampagne électorale, a rendu au début un hommage aux anciens cadres, militants et dirigeants locaux du parti, avant de lancer à l’adresse de l’assistance venue de divers horizons que «le RND est une force politique qui pèse lourd sur l’échiquier politique national, notamment par sa forte présence dans les institutions élues, entre autres». Sans annoncer franchement le soutien de son parti à une éventuelle candidature du chef de l’Etat pour un second mandat, l’hôte de Béjaïa indiquera à l’adresse des militants du parti : «La priorité pour nous et de faire réussir l’élection présidentielle prochaine», avant de lancer franchement : «Nous partageons les positions politique, économique ainsi que la vision stratégique du président de la République qui ont donné des résultats éloquents à tous les échelons». Il a appelé les militants et cadres du parti à œuvrer pour la réussite de la prochaine élection présidentielle, comme il a appelé la population de la wilaya de Béjaïa à y participer «massivement». M. Yahi a salué sur la lancée la position de l’Algérie sur la scène diplomatique et le soutien inconditionnel manifesté par le chef de l’Etat au peuple palestinien, ainsi que les efforts diplomatiques menés sur la scène internationale, dénonçant le génocide commis par l’armée sioniste à Ghaza et louant la prise en charge du dossier de la mémoire, «un dossier du peuple» et une «priorité du chef de l’Etat», a-t-il fait observer. Concernant les évolutions enregistrées dans notre environnement régional et international, dont les répercussions sur la sécurité et la stabilité du pays, il dira : «Nous sommes conscients de l’ampleur des menaces extérieures qui ciblent l’Algérie et cela exige de nous le renforcement du front interne», ceci avant de mettre en avant la stratégie de l’ANP et ses efforts pour la sécurisation des frontières et la défense de la patrie. S’agissant du développement local, M. Yahi a appelé les autorités à «accélérer» les travaux de concrétisation des projets de développement socio-économiques inscrits, dont l’extension du port de Béjaïa vers la mer, le réaménagement et la modernisation de ses infrastructures, le dédoublement de la voie ferrée reliant Béjaïa à Béni Mansour, l’aménagement de la zone industrielle de Boudjellil, les échangeurs de Tazmalt et Sidi-Aïch, le CHU, le dédoublement de la RN09, la RN24, la RN12, le CAC, entre autres. Enfin, M. El-Hocine Kerrouche, secrétaire de wilaya du parti, dira à l’ouverture du meeting : «Nous n’avons pas de préalable politique, nous pouvons travailler et discuter avec tout le monde sans complexe, mais nous sommes contre ceux qui veulent attenter à l’unité de la nation, ceux qui ont trahi le serment des martyrs et s’attaquent aux institutions de l’Etat». Pour lui, «la liberté d’expression ne veut nullement dire diffamation et les évènements d’avril 1980 étaient organisés pour réclamer le multipartisme et la démocratie et ils n’étaient aucunement une intention de séparatisme et de scission».

Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img