16.9 C
Alger
mercredi 28 septembre 2022

Huitième sommet de la TICAD à Tunis: L’Algérie, un marché prometteur pour les investisseurs

L’Algérie est un marché prometteur pour les investissements étrangers, notamment après la promulgation du nouveau code des investissements ainsi que la loi relative aux zones franches et, surtout, l’adhésion de l’Algérie à la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Par Louisa A.R.
C’est ce qu’à déclaré le ministre du Commerce et de la Promotion des exportations, Kamel Rezig, en marge de sa participation à la 8e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD-8), qui s’est tenue au Palais des Conférences de Tunis. Dans ce sens, le ministre du Commerce a mis en avant les dernières réformes engagées par l’Algérie dans le but de créer un marché compétitif et attractif pour les investissements aussi bien nationaux qu’étrangers, selon le communiqué publié sur la page Facebook du ministère.
Représentant la délégation algérienne, Kamel Rezig a mis en exergue les opportunités d’affaires et de commerce avec l’Algérie, plaidant pour davantage d’intégration économique et commerciale au sein du continent africain.
C’est à ce titre que l’Algérie a plaidé pour un partenariat juste et équitable à même de soutenir les efforts du continent africain pour accroître sa part dans la croissance économique mondiale. L’Algérie a également appelé à l’adoption d’une approche pragmatique, basée sur l’interdépendance entre sécurité, paix et développement, pour permettre aux partenaires de la TICAD d’améliorer les opportunités d’investissement direct dans le continent africain et de valoriser ses ressources humaines, naturelles et technologiques.
Au cours des débats, l’Algérie s’est tout d’abord félicitée de la tenue de cette conférence pour la deuxième fois en terre africaine et a salué les efforts et le leadership du gouvernement tunisien pour l’organisation réussie de cet évènement. L’Algérie a, par la suite, mis en exergue les défis globaux, tels que l’affaiblissement de l’économie mondiale, l’insécurité alimentaire, l’extrême pauvreté, ainsi que la montée du terrorisme et de l’extrémisme violent, pour souligner la nécessité d’inclure le continent africain dans la prise en charge de ces défis. Par ailleurs, l’Algérie a saisi l’occasion de cette conférence pour rappeler le cadre général adopté par les chefs d’Etat de l’Union africaine (UA) définissant le format et les objectifs des partenariats multilatéraux avec le continent africain, en soulignant la nécessité de veiller à ce que tous les Etats membres de l’UA participent aux sommets relatifs à ces partenariats. C’est dans ce cadre que l’Algérie s’est félicitée de l’invitation adressée aux Etats membres de l’Union africaine, y compris la République arabe sahraouie démocratique à participer à ce sommet, tout en appelant les partenaires de la TICAD à respecter les principes, positions et pratiques de l’Union africaine pour que ce partenariat multilatéral soit durable et inclusif. En marge des travaux de la TICAD, le chef de la délégation algérienne, Kamel Rezig, a été reçu en audience par le président de la République arabe sahraouie démocratique et secrétaire général du Front Polisario, Ibrahim Ghali, et a eu plusieurs entretiens bilatéraux avec les délégations de la Tunisie, de l’Ouganda, de l’Ethiopie, de la Somalie, de la Mauritanie, de l’Afrique du Sud ainsi qu’une rencontre avec les représentants de la Banque mondiale. Enfin, le 8e Sommet de la TICAD s’est conclu par l’adoption d’une déclaration commune. Cette Conférence qui se tient tous les trois ans, constitue une plateforme de coopération multilatérale entre le Japon et l’Union africaine, et associe les Nations unies et la Banque Mondiale en tant que partenaires de développement de l’Afrique.

La Déclaration de Tunis, un engagement pour la croissance et la stabilité en Afrique
La Déclaration de Tunis, adoptée dimanche à l’issue des travaux de TICAD-8, a fixé trois piliers de coopération, à savoir la réalisation d’une transformation structurelle pour une croissance économique, la mise en place des bases d’une société résiliente et durable et la garantie d’une paix et une stabilité durables. Le document met l’accent sur l’urgence et l’importance de l’intégration, de la solidarité et de l’investissement dans les personnes qui renforceront le potentiel considérable de l’Afrique en tant que moteur de la croissance mondiale. La Déclaration de Tunis réaffirme l’importance du partenariat entre le Japon et l’Afrique pour encourager l’investissement, promouvoir l’innovation du secteur privé en encourageant la collaboration entre les entreprises japonaises et africaines et le transfert de technologie. Il s’agit également de renforcer le développement des ressources humaines industrielles, afin d’accélérer la transformation structurelle pour une croissance inclusive et durable en Afrique et ses efforts pour réaliser l’Agenda 2063 et les ODD, tout en surmontant des défis tels que la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie. Les participants annoncent que la TICAD 9 se tiendra au Japon en 2025 et une réunion ministérielle de la TICAD se tiendra en 2024.
L. A. R.

Article récent

Le 28 Septembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img