16.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Selon un expert en numérisation / E-commerce : 253 sites seulement exercent dans le formel

Si en Algérie beaucoup de produits commercialisés sont déclarés, une bonne partie en revanche émane du secteur informel. Dans le e-commerce, seuls 253 sites exercent dans le formel, selon un expert en numérisation.

Par Louisa A.R.
Entre e-commerce et e-payement, il existe un grand décalage, d’après Djaouad Allal, expert en numérisation et directeur général de Adex Technology. Il a expliqué
qu’acheter en ligne ne veut pas automatiquement dire payer en ligne. Puisque, a-t-il soutenu, au moment de la livraison, le payement peut se faire en cash, et cela semble très pratiqué, notamment pour les produits passant plutôt par les réseaux sociaux que par des sites de e-commerce officiels. Lors de son passage à l’émission «L’invité de la rédaction» de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, l’expert a détaillé que «lorsqu’on examine les chiffres de GIE monétique (Groupement d’Intérêt Economique), site référence en termes de statistiques, l’on se rend compte que les transactions du e-payement liées au e-commerce ne sont que de l’ordre de 11 milliards de dinars, dont 50 % sont liés au téléphone». Les chiffres n’ayant de sens que s’ils sont comparés, a-t-il indiqué, il a ajouté que «le retrait en cash est de l’ordre de 1 723 milliards de dinars. Comparés au 11 milliards de dinars, nous sommes donc à un ratio de moins de 1 %». «Si beaucoup de produits commercialisés sont déclarés, une bonne partie en revanche émane du secteur informel dans ce e-commerce», a-t-il souligné. Il s’agit donc d’argent qui «émane du système bancaire, qui transite par le secteur informel et revient à la banque». Pour expliquer le phénomène, l’invité de la radio a évoqué la récente application de la TVA sur les transactions commerciales en ligne jusque-là exonérées. Autre facteur de recul du e-commerce formel, la limitation de l’importation. «Il y a moins de produits en stocks chez les grandes enseignes commerciales», a-t-il relevé.
Le secteur du numérique ne représente aujourd’hui que
4 % du PIB, a indiqué l’expert, soulignant que «nous sommes appelés à répondre à l’objectif commun d’aujourd’hui qui est celui de réaliser la transformation numérique du pays».
Pour lancer le processus de ce qu’il appelle «la souveraineté numérique», le directeur général de Adex Technology, a préconisé de «prendre véritablement conscience des enjeux de la Data, lancer des projets structurants, donner toute la liberté à nos jeunes élites et talents, mettre des cadres de lois qui facilitent l’innovation, veiller à l’ancrage humain de nos élites, c’est-à-dire les intégrer dans des projets structurants et les encourager pour ne pas les voir partir à l’étranger».

Le premier Salon du e-commerce se tient à Alger
Dans le but d’accompagner les opérateurs actifs sur les marchés classiques dans la transition vers le e-commerce et diversifier ainsi leurs canaux commerciaux, l’Algérie organise le 1er Salon du e-commerce et des services en ligne du 20 au 23 septembre en cours au Palais des expositions Pins maritimes d’Alger, avec la participation de plus de 60 exposants professionnels activant dans les domaines de la livraison et des prestations logistiques et technologiques, ainsi que des établissements financiers.
Le salon connaît la participation d’entreprises spécialisées dans la livraison, de plateformes d’innovation, de sites Web de services électroniques, d’entreprises de services et de solutions rapides via Internet, gérés par de jeunes opérateurs, ainsi que par des banques, publiques et privées, pour offrir leurs prestations dans le domaine du e-commerce et du paiement en ligne.
Selon les organisateurs, cet évènement économique ambitionne de donner une dimension professionnelle au secteur du e-commerce et des services en ligne, en créant une synergie entre ses différents acteurs, mais surtout en intégrant le maximum de ces acteurs au circuit licite des pratiques commerciales en ligne.
A l’occasion, le ministre de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mahdi Oualid, a relevé que le «e-commerce a pris une place considérable en Algérie, notamment dans la période de la pandémie de coronavirus». Indiquant que le e-commerce et le paiement électroniques sont les meilleures voies à même de parvenir à l’inclusion financière, le ministre a assuré que le gouvernement consent des efforts considérables, en vue d’adapter les différentes lois aux exigences du e-commerce.
A cet égard, il a souligné l’ouverture de plusieurs ateliers pour réviser le code de commerce afin de l’adapter à la réalité actuelle de l’activité, outre la mise en place de cadres réglementaires pour vulgariser le e-paiement et le e-commerce. Les statuts de l’auto-entrepreneur seront présentés dans les tout prochains jours devant les deux chambres du Parlement pour adoption, a également indiqué El Mahdi Oualid. De son côté, le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Cherhabil, a annoncé l’organisation, en marge de cet événement, d’une cérémonie de remise des prix du Salon du e-commerce et des services en ligne, au cours de laquelle le meilleur modèle de service en ligne développé en Algérie sera distingué et récompensé parmi les participants à la première édition du salon.

2 500 opérateurs activant dans le e-commerce inscrits au CNRC
Le nombre des commerçants et opérateurs activant dans le e-commerce inscrits au niveau du Centre national du registre du commerce (CNRC) a atteint près de
2 500, a annoncé la directrice de la coopération et de la communication au niveau du CNRC, Nadjet Oulmi.
Elle a précisé que ce chiffre remonte au 25 juillet dernier, date de création d’un code spécial à l’activité du e-commerce au niveau du CNRC, en application des dispositions de la loi 18-05 relative au commerce électronique.
Dans le cadre de sa participation au salon, le CNRC a présenté le premier guide détaillé sur les procédures d’immatriculation au registre du commerce, notamment pour les jeunes désirant exercer l’activité du commerce électronique en toute sécurité.
Ce guide, premier du genre poursuit-elle, définit les règles générales et les engagements des e-fournisseurs et des e-clients, ajoutant que ce guide pratique simplifié se réfère à la teneur de la loi relative au commerce électronique.
L’objectif est de sécuriser les opérations du e-commerce aussi bien pour le commerçant que le client et de simplifier les procédures notamment aux jeunes pour accéder au monde du e-commerce en toute sécurité.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img