12.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Proposé à 1 275 DA au niveau des pharmacies: Le prix du vaccin antigrippal a baissé… mais reste cher

Contrairement aux années précédentes où le vaccin antigrippal était proposé à pas moins de 1 400 DA, aujourd’hui le prix a été revu à la baisse chez certains pharmaciens qui le proposent à 1 275 DA.

 

Par Thinhinane Khouchi

Une semaine après le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière, certaines pharmacies ont commencé à commercialiser le vaccin et l’administrent gratuitement aux acheteurs. Le prix du vaccin connaît cette année une baisse de 125 DA. En effet, certains pharmaciens le proposent à 1 275 DA contrairement aux années précédentes où il a été commercialisé à plus de 1 400 DA. Commentant cette baisse, l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (Apoce) a salué l’initiative mais indiqué que ce prix reste inaccessible pour les familles aux revenus moyens. Selon Fadi Tamim, coordinateur national de l’Apoce, «le prix du vaccin contre la grippe saisonnière à connu une hausse ces dernières années, allant jusqu’à être commercialisé à 1400 DA. Cette année, même vendu à
1 275 DA, il reste inaccessible pour les familles qui ont des revenus moyens». «Ce n’est pas seulement le cas du vaccin antigrippal mais de plusieurs médicaments qui sont à des prix élevés, ce qui n’est pas juste pour les malades», nous a expliqué Tamim lors d’un appel téléphonique. Il est à noter que contrairement aux vaccins des années précédentes, ce vaccin antigrippal sera, cette année, à quatre souches, ce qui assurera une protection plus large contre les virus qui se propagent pendant la saison froide. Il est également de nature à assurer une meilleure protection et une plus grande couverture au niveau national. Pour les catégories des personnes âgées, les femmes enceintes et les malades chroniques, le vaccin est gratuit au niveau de différents établissements hospitaliers et établissements de santé de proximité. Pour rappel, le ministère de la Santé a réceptionné 2,5 millions de doses en septembre dernier. Dr Djamel Fourar, directeur de la prévention et de la promotion de la santé au ministère de la Santé, avait souligné l’importance de la vaccination, notamment pour les personnes vulnérables, comme les personnes âgées, les malades chroniques et les femmes enceintes, dans le respect des mesures préventives. Il a ajouté que la grippe saisonnière «pourrait être plus grave cette année par rapport aux années précédentes, de par son taux de prévalence et l’expérience de certains pays actuellement en hiver, à l’instar de l’Australie et de l’Islande», d’où l’impératif, a-t-il dit, de «vacciner le plus grand nombre possible de citoyens, d’autant que le vaccin est disponible et a été distribué aux établissements hospitaliers, aux centres de santé de proximité et aux officines privées». De son côté, le directeur général de l’Institut Pasteur, Pr Faouzi Derar, avait insisté sur la sensibilisation du personnel du secteur de la Santé à l’importance de la vaccination pour éviter la transmission du virus aux malades, soulignant que la vaccination du personnel de la santé «prévient le risque de contamination en milieu hospitalier de 35 %». Derar avait rappelé, par ailleurs, que le vaccin «réduit le risque de contamination de 75 à 90 %, le système immunitaire du vacciné étant renforcé 10 jours après l’injection», d’où l’importance de ce vaccin. T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img