16.9 C
Alger
mercredi 22 mai 2024

Mohamed Laagab, ministre de la Communication: «L’élaboration du projet du fonds d’aide à la presse achevée»

Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a affirmé à Oran que l’élaboration du projet du fonds d’aide à la presse a été achevée et se trouve en phase d’enrichissement, avant sa soumission au président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Par Meriem B.
Au terme de sa visite d’inspection des différents établissements médiatiques relevant de son secteur à Oran, le ministre a souligné dans un point de presse que «la relance de ce fonds fait partie des orientations du président de la République» et que «l’élaboration du projet a été achevée et des copies ont été transmises à certains établissements médiatiques pour enrichissement».
Le ministre a ajouté que «le fonds a été gelé durant plusieurs années et nous œuvrons à récupérer les sommes qui s’y trouvaient et les mettre à la disposition du nouveau fonds, même si nous avons trouvé de nouvelles sources pour son financement autre que le Trésor public». Par ailleurs, concernant le projet de création du Conseil d’éthique et de déontologie, le ministre a souligné qu’«à l’heure actuelle, nous avons finalisé le décret d’application de ce Conseil, en attendant sa publication au Journal officiel». Le décret stipule que c’est le Conseil d’éthique et de déontologie qui prépare la charte de l’éthique de cette profession, a-t-il ajouté, soulignant que «pour gagner du temps, le ministère a pris l’initiative d’élaborer cette charte et nous soumettrons un avant-projet au Conseil d’éthique professionnelle lors de son inauguration, pour l’enrichir». La charte pourra également être présentée aux journalistes et responsables des institutions médiatiques pour faire des suggestions et proposer des idées, afin qu’elle devienne une charte respectable que les journalistes s’engagent à mettre en œuvre pour consolider le principe de concertation. Par ailleurs, le ministre a annoncé le début de la mise en œuvre de nouveaux textes juridiques liés aux médias, soulignant que «nous avons commencé à adapter les journaux électroniques et imprimés et d’autres décrets d’application seront publiés successivement prochainement». Il a également qualifié le statut particulier des journalistes d’«excellent, donnant au journaliste algérien le statut qu’il mérite». Abordant les réalisations dans le secteur de l’information, il a indiqué que «nous devons tous coopérer et intensifier les efforts, en vue de développer nos institutions et leur fournir les moyens requis pour assumer pleinement leurs missions». Il a, en outre, souligné que ce dernier point constitue l’une des recommandations les plus importantes du président de la République, citant les mesures prises à l’occasion de la Journée nationale de la presse, en octobre dernier, pour faciliter le travail des institutions de presse et réduire les charges financières qui pèsent sur elles, à l’instar de nombreux sites de médias électroniques et journaux bénéficiant d’un hébergement à tarif réduit et bénéficiant du fil APS pour un montant symbolique. Le ministre a souligné que «les choses dans le secteur de l’information évoluent à un rythme soutenu dans notre pays qui vit dans un environnement médiatique actif et un environnement géopolitique tendu, et nous espérons que les médias seront en mesure de faire face à ces changements aux niveaux régional et international».

L’interdiction d’entrée de Farid Alilat est liée à son statut d’envoyé du média où il exerce
Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a déclaré, jeudi à Oran, que l’interdiction d’entrée du journaliste Farid Alilat en Algérie n’est pas liée à sa qualité de citoyen algérien, mais concerne le média où il exerce, Jeune Afrique, qui a pris des positions «inamicales» envers l’Algérie.
A l’issue de la visite qu’il a effectuée à certains établissements relevant de son secteur à Oran, le ministre a indiqué en réponse à une question d’un journaliste que «Farid Alilat est le bienvenu en Algérie comme citoyen algérien. Cependant, le magazine où il exerce n’est pas le bienvenu et en cas de changement de sa position, il sera bien accueilli». Le ministre a souligné que l’Algérie «n’a pas expulsé et n’expulsera aucun de ses enfants. A une époque où les pays n’étaient pas en mesure de rapatrier leurs enfants, durant la pandémie sanitaire, l’Algérie a déployé des efforts considérables pour rapatrier tous ses enfants de diverses régions du monde et transférer gratuitement d’autres communautés arabes».
M. B.

Article récent

le jour

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img