15.9 C
Alger
lundi 22 avril 2024

En vue d’améliorer le service public: Accord-cadre entre ministère de la Santé et CAPC

Un accord-cadre de partenariat a été signé, mardi à Alger, entre le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière et la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), afin d’améliorer le service public dans le domaine de la santé.
Conclu entre le directeur général des services de santé au ministère de la Santé, Ilyes Rahal et le président de la Commission de la santé à la CAPC, Kamel Soultani, en présence du ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid et du président de la CAPC, Mohamed Sami Agli, cet accord-cadre vise à «respecter le droit du citoyen à la protection, à la promotion et à la préservation de sa santé en garantissant des soins de qualité».
Le ministre de la Santé a indiqué, à ce titre, que l’accord-cadre de partenariat a pour objet «l’amélioration de la performance des structures et des établissements publics de santé en matière d’énergies renouvelables et de moyens de communication» et «l’encouragement de tous types d’investissement dans les structures de la santé dans le cadre du renforcement de la carte sanitaire nationale».
M. Benbouzid a également précisé que cet accord-cadre permettra de «créer des plateformes» de coopération entre les laboratoires de recherche relevant du secteur de la Santé et des entreprises affiliées à la CAPC, de «garantir» une prise en charge des activités scientifiques et de recherche organisées par son secteur et de «contribuer» à l’amélioration de la formation et au renforcement des métiers de la santé.
Le ministre a, par ailleurs, souligné que la société civile et les opérateurs économiques se sont engagés efficacement au développement de ce secteur, saluant «le rôle majeur» que jouent les entreprises économiques privées dans la démarche du président de la République qui vise à encourager le partenariat public-privé (PPP). L’objectif de ce partenariat étant, a-t-il dit, de «booster le développement dans tous les secteurs» et de «contribuer à la promotion et l’amélioration de la performance des entreprises publiques», en «offrant l’opportunité aux opérateurs économiques privés pour investir dans ce domaine».
Dans une déclaration à la presse, le président de la Confédération a mis l’accent sur la nécessité d’impliquer l’opérateur privé dans le secteur de la Santé, en vue de son développement, indiquant que l’objectif de la Confédération est de «contribuer à l’édification de l’économie, de manière sérieuse, et de défendre les droits des opérateurs économiques dans le domaine de la santé».
Plus précis, il explique que le partenariat conclu traduit «la volonté des pouvoirs publics d’accompagner les opérateurs économiques» ainsi que leur contribution à «la réussite du développement du secteur de la Santé par des projets concernant notamment le développement de la recherche scientifique, des prestations de santé, de la numérisation et de l’énergie renouvelable».
Dans le même contexte, M. Agli a évoqué le rôle de l’opérateur économique dans l’amélioration du rendement de l’infrastructure des Etablissements hospitaliers publics (EHP), particulièrement dans le domaine des énergies renouvelables et les moyens de communication, la contribution à l’amélioration des programmes de formation et d’appui aux métiers de la santé, ainsi que le soutien aux activités scientifiques et de recherche.
De son côté, M. Rahal a souligné l’importance de cet accord qui débouchera, a-t-il dit, sur plusieurs autres accords, d’autant plus que le patronat accompagnera les hôpitaux publics en vue de leur développement, notamment en management, rappelant que le secteur privé est un élément efficace dans le système de santé.
Y. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img