8.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Embargo

Ceux qui plaident aux États-Unis depuis des décennies pour une normalisation des relations avec Cuba et pour une levée de l’embargo sur la petite ile communiste, risquent de se réveiller avec la gueule de bois en voyant que La Havane est plus que jamais proche de Moscou. Les présidents cubain, Miguel Diaz-Canel, et russe, Vladimir Poutine, se sont en effet parlé au téléphone et souhaitent renforcer leur «partenariat stratégique» en 2023, selon un communiqué officiel cubain rendu public jeudi. «Les deux dirigeants ont discuté sur des projets communs et mutuellement bénéfiques en matière d’énergie et d’industrie. Ils ont également exprimé leur volonté commune de continuer à consolider le partenariat stratégique entre les deux pays», indique le communiqué publié dans le quotidien d’État «Granma». Lors de la conversation, qui s’est tenue mercredi, «nous avons passé en revue les excellents résultats de notre récente visite en Russie et ratifié la volonté commune d’approfondir le dialogue politique et les liens économiques, commerciaux, financiers et de coopération», a déclaré M. Diaz-Canel sur son compte Twitter. Le président cubain, dont le pays fait face à la pire crise économique depuis trente ans, s’est rendu fin novembre en Russie, lors d’une tournée internationale qui l’a également conduit en Algérie, en Turquie et en Chine. À l’issue de la tournée, M. Diaz-Canel a indiqué avoir signé plusieurs accords en matière d’approvisionnement en pétrole avec la Russie et l’Algérie, en vue de stabiliser la production d’électricité et de relancer l’économie. Depuis mai, Cuba a souffert d’un déficit chronique de production électrique, entraînant de réguliers délestages dans le pays, y compris dans la capitale. Mais la situation s’est stabilisée depuis la deuxième quinzaine de décembre, avec des coupures beaucoup plus rares. Le gouvernement russe a également accordé récemment à l’île communiste un don de 25 000 tonnes de blé, selon «Granma». En parallèle, le président cubain a reçu mercredi à La Havane le sénateur démocrate américain Ron Wyden, partisan de l’abrogation de l’embargo et des sanctions prises par Washington à l’encontre de Cuba. «J’ai reçu le sénateur américain Ron Wyden, auquel j’ai exprimé ma volonté de travailler ensemble pour améliorer les relations bilatérales au bénéfice de nos peuples», a déclaré le chef de l’État sur Twitter, ajoutant lui avoir détaillé «l’impact sur la population cubaine des mesures extrêmes du gouvernement des États-Unis». En 2021, le sénateur Wyden et d’autres parlementaires démocrates avaient présenté un projet de loi pour mettre fin à l’embargo américain contre Cuba, en vigueur depuis 1962. Mais du côté de la Maison-Blanche, en guerre froide avec Moscou depuis le début de la guerre en Ukraine, cet énième rapprochement des autorités cubaines avec le Kremlin fera certainement des vagues et un dégel des relations avec les Cubains serait peu cohérent pour le moment. Reste à voir si Washington décidera de tourner définitivement le dos à La Havane suite à son rapprochement avec Poutine ou si, cherchant à tout prix à contrer le président russe, dans le but de courcircuiter cette alliance, des efforts seront faits pour gagner les faveurs du régime communiste et contrarier le Kremlin.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img