20.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Chine: La croissance devrait rebondir à 4,3 %, selon des experts

La Chine devrait annoncer demain un léger rebond de sa croissance au premier trimestre, en dépit d’un confinement de Shanghai et de plusieurs régions, qui pénalise lourdement l’activité sur fond de flambée épidémique du Covid-19. Un groupe de 12 experts table en moyenne sur une hausse de 4,3 % sur un an du produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale, sur la période janvier-mars.

Par Salem K.

Le PIB de la Chine avait progressé de 4 % sur un an au trimestre précédent. La situation actuelle contraste toutefois fortement avec celle de l’année dernière : la Chine avait alors vu sa croissance bondir de 18,3 % au premier trimestre, du fait d’un effet de rattrapage avec 2020, quand le Covid-19 avait quasiment mis à l’arrêt l’économie.
Le pays s’était ensuite largement remis du choc initial de la pandémie et avait annoncé pour l’ensemble de l’année 2021 un PIB en hausse de 8,1 %. Début 2022, «l’économie chinoise a connu un bon départ», estime l’analyste Gene Ma, de l’Institut de la finance internationale (IIF), notant une reprise de la demande en Chine, des exportations robustes et un meilleur approvisionnement énergétique, après des pénuries d’électricité à l’automne.
Mais en mars, une flambée de la souche Omicron suivie de strictes mesures sanitaires pour l’enrayer ont «gravement perturbé les chaînes d’approvisionnement et l’activité industrielle», souligne M. Ma.

La banque centrale abaisse un taux d’intérêt sur fond de Covid
La banque centrale chinoise a annoncé une baisse du taux de réserve obligatoire des banques, une mesure destinée à soutenir l’économie, au moment où le confinement de Shanghai pénalise lourdement l’activité. Le taux de réserve obligatoire est la part des dépôts que les banques sont tenues de garder dans leurs coffres. Il sera abaissé de 0,25 point dès le 25 avril, a indiqué dans un communiqué de l’institut d’émission. La mesure vise à alléger la pression sur les établissements financiers pour les encourager à accorder davantage de crédits, à des conditions plus favorables, aux entreprises – et in fine à soutenir l’économie. D’après la banque centrale, cette décision doit permettre d’injecter à long terme 530 milliards de yuans (77 milliards d’euros) dans l’économie. La dernière baisse du taux de réserve obligatoire remontait à décembre. Premier pays touché par le Covid-19 mais aussi premier à s’en sortir, la Chine s’était depuis deux ans globalement remise de l’épidémie et la vie y avait repris un cours quasi normal.
Mais le géant asiatique fait face ces dernières semaines à sa pire flambée épidémique de toute la pandémie : des millions d’habitants ont été confinés à la hâte, notamment à Shanghai, la capitale économique.
La métropole portuaire est un point d’entrée et de sortie important des marchandises en Chine. Résultat, les restrictions aux déplacements mettent à rude épreuve les chaînes d’approvisionnement de la ville aux 25 millions d’habitants. Outre Shanghai, plusieurs dizaines de millions de Chinois étaient par ailleurs confinés le mois dernier dans la métropole technologique de Shenzhen (sud), et le sont toujours dans le nord-est du pays, berceau de l’industrie automobile. Dans une note, les analystes de la banque Nomura estimaient cette semaine que plus d’un quart de la population chinoise subissait une forme de confinement, à des degrés divers.
Les zones concernées représentent 40 % du PIB du pays, selon leurs calculs.
Le géant asiatique, qui se préparait déjà à un ralentissement de sa croissance avant ces confinements, vise cette année un objectif «d’environ 5,5 %».
S. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img