22.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Centrale électrique de Mostaganem : Un mégaprojet qui ne voit toujours pas le bout du tunnel

A Mostaganem, les choix sont quelquefois irréfléchis et les illustrations ne manquent pas. A titre d’exemple, on a présenté le tramway au wali et à la société civile à sa dernière phase, sans aucune possibilité de débattre ni le tracé, ni autre chose… et les conséquences sont là. Le port de pêche de Sidi Lakhdar est indéniablement un raté qui ne dit pas son nom. On a validé, à cette époque, des études du fameux LEM qui ont faussé la réalisation d’un port qui ne peut pas recevoir la flotte de pêche car les embarcations s’ensablent sans cesse.
Aujourd’hui, personne ne regrette l’imparfait sauf les citoyens de Mostaganem. La centrale électrique, un projet de 1450 KW dont le coût au démarrage (vers 2013) était estimé à 140 milliards de dinars, censée être une réalisation qui servirait à transporter vers Mascara et Oran et alimenter Mostaganem en énergie électrique et qui offrirait 350 emplois fixes. Mais c’est un bluff gigantesque car au niveau de ce projet il y a des non-dits car il patauge dans la boue. Un autre projet qui s’éternise et dont on ne parle jamais. Cependant, il est connu que celui-ci à un énorme problème occasionné par des études erronées. Il semblerait qu’avant l’arrivée du dernier ministre en visite, le sol qui devait recevoir les gros équipements est inconstant et ne supporterait pas le poids du matériel. A un certain moment, on a pensé transférer le projet dans une autre wilaya, mais si cela devait être fait on reconnaîtrait les défaillances de la décision de l’avoir implanté au bord d’une plage. Alors on a renoncé au transfert du projet. D’autres études et des avenants ont suivi pour conforter le sol par 1 400 pieux en béton et continuer dans la bêtise. Sept années après, la centrale électrique est toujours en chantier pour le bien-être du développement à Mostaganem. Tramway, hôpital universitaire, projet Ain Sefra, Bordjia bassin laitier et la centrale électrique, s’ajoutent aux ratés déjà non digérés par les citoyens de la wilaya de Mostaganem. La démocratie participative et la concertation élargie auraient pu éviter tout le gâchis d’un développement dont la durabilité est fragilisée.
Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img