29.9 C
Alger
lundi 27 mai 2024

Campagne pour les élections locales : Plus que quelques jours pour convaincre

La campagne pour les élections locales du 27 novembre boucle sa deuxième semaine. Bien que «timide» jusque-là, les partis et candidats en lice pour les APC et APW ont encore quelques jours pour monter en cadence et tenter de convaincre la population de se rendre aux urnes.

Par Aomar Fekrache

A la différence des premiers jours du début de campagne, l’on voit un peu plus de listes sur les espaces d’affichage et les portraits des futurs élus deviennent beaucoup plus visibles sur Facebook. Il n’empêche que cela demeure loin du forcing que les candidats devaient faire pour gagner l’approbation des électeurs. L’on ne peut douter de la volonté des candidats de décrocher un siège d’élu, mais l’absence de stratégie et d’une approche professionnelle pour atteindre et cibler les différentes couches de la société est flagrante. D’ailleurs, des discours des uns et des autres, de leurs affiches électorales ou post sur les réseaux sociaux, l’on relève un manque d’originalité qui les empêche de se distinguer et se faire remarquer. Les discours politiques des chefs de partis, qui sillonnent depuis 14 jours les wilayas du pays, sont loin de combler le peu de dynamisme des élus au niveau des quartiers et des villages. Les conditions climatiques et les effets de l’épidémie de coronavirus ne pourraient justifier, à eux seuls, le peu d’activités de proximité programmées. La campagne électorale, faut-il le préciser, se déroule dans le calme et la sérénité, et à la charge des candidats de se retrousser les manches et approcher les électeurs. Bien que la totalité des prétendants misent sur les réseaux sociaux pour s’adresser aux populations, cela ne peut remplacer le contact direct et les échanges entre futurs élus et citoyens sur les problèmes rencontrés au quotidien. A en croire différentes sources, les futurs élus comptent s’investir davantage durant les six derniers jours avant le silence électoral. Une durée largement suffisante pour faire connaître les programmes, formuler des promesses et tenir des engagements. Les partis et les candidats affirment pouvoir faire la différence par rapport aux Assemblées passées, grâce à la qualité de leurs candidats, propres, jeunes et universitaires pour la plupart d’entre eux. Si actuellement les leaders politiques axent leurs allocutions sur le processus d’édification institutionnelle, les prérogatives des élus et autres aspects stratégiques, les candidats, eux, pourront mieux capter l’intérêt des citoyens à travers un discours traitant de dysfonctionnements en rapport avec le quotidien. Les problèmes rencontrés par les habitants des villes ne sont pas forcément les mêmes que ceux des zones rurales, les attentes des résidents de communes du nord du pays ne sont pas les mêmes que celles du Sud. Bien que les chefs de partis n’ont jusque-là pas manqué d’évoquer sommairement des failles en fonction des wilayas données, les candidats, eux, sont censés désormais parler concrètement de détails liés au transport, au gaz, électricité et eau, routes et pistes agricoles. Des problèmes récurrents au centre des revendications et colère souvent exprimées par les habitants. En attendant le jour J, force est de préciser que les vidéos et autres écrits partagés sur Facebook pouvent bien aider, mais l’on ne peut gagner une élection, locale de surcroît, sans un intense travail de proximité.
A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img