13.9 C
Alger
dimanche 21 avril 2024

Assises sur «la politique de l’industrie cinématographique en Algérie»: Les participants plaident pour une «véritable révolution»

Les professionnels du secteur cinématographique ayant pris part aux Assises régionales de la région Centre sur «la politique de l’industrie cinématographique en Algérie» ont appelé à l’implication de tous les secteurs pour opérer une «véritable révolution» dans le cinéma. Les participants à ces Assises, abritées samedi par la maison de la culture de Koléa (Tipasa), ont plaidé pour «l’implication de tous les secteurs», du fait que l’industrie cinématographique est un domaine «vital et complexe, relié en de nombreux points avec d’autres secteurs».

Par Abla S.

C’est le cas du producteur Hamid Benziane, qui a souligné la nécessité de mise en place de mécanismes juridiques en vue d’un accompagnement «efficace» impliquant plusieurs secteurs ministériels pour assurer le développement et la prospérité du secteur privé, aux plans national, régional et international, selon une vision économique et artistique au service de l’industrie cinématographique et de l’image de l’Algérie.
Il est rejoint par le jeune réalisateur Haitham Amer, qui a exprimé son «souhait» de voir ces rencontres et assises couronnées par la promulgation «d’une loi qui permettra une transition de la politique de parrainage vers une véritable révolution de nature à promouvoir l’industrie cinématographique».
A son tour, Cheddad Bezzia, directeur central au ministère de la Culture et des Arts, chargé du développement des arts et membre du comité de ces assises, a estimé que le «développement en cours dans ce domaine nécessite la mise en place d’un arsenal juridique adapté au contexte actuel».
Il a également observé que «la loi sur l’industrie cinématographique remonte à 2011, au moment où ses textes d’application datent de 2013, et donc considérée comme dépassée au regard des défis, enjeux, et évolutions en cours dans ce domaine».
Des professionnels des wilayas de Tipasa, Alger, Blida, Boumerdès et Chlef ont pris part à ces 4es Assises régionales du genre, après celles organisées à Oran, Béjaïa et Biskra.
D’autres assises sont programmées avec des acteurs du domaine cinématographique de l’extérieur du pays, via visioconférences, en plus de rencontres professionnelles prévues durant le mois du ramadhan, en perspective des Assises nationales prévues les 29 et 30 avril à Alger.
A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img