37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Afghanistan: Le calvaire de déplacés ayant fui un conflit entre talibans

« Assoiffés et le ventre vide » : dans le nord de l’Afghanistan, des milliers d’habitants d’une région montagneuse désertique ont enduré un calvaire dans leur périple pour fuir un conflit fin juin entre un chef taliban local et les forces gouvernementales.

« Nous ne voulions pas être pris dans les combats, on risquait de se faire tuer. Alors nous nous sommes enfuis et retrouvés coincés dans les montagnes, c’était interminable », raconte à l’AFP Zahra, 35 ans, qui utilise un nom d’emprunt pour des raisons de sécurité.

« On s’endormait assoiffés et le ventre vide. On se réveillait tôt le matin et on recommençait à marcher. Nous avons marché pendant 12 jours », poursuit cette mère de quatre enfants, âgés de cinq mois à 12 ans, dont le village se trouve dans le district de Balkhab, dans le sud de la province de Sar-e Pol.

Avec son mari et une autre famille, elle a trouvé refuge dans la mosquée d’un village du district de Yakawlang, dans la province voisine de Bamiyan.

Elle a fui quand a éclaté à Balkhab un conflit entre les autorités talibanes et Mehdi Mujahid, un des rares membres de la minorité chiite hazara devenus commandant dans les rangs des talibans – sunnites en majorité pachtoune -, qu’il avait rejoints en 2019.

Quand les talibans ont pris le pouvoir à Kaboul en août 2021, il a été nommé chef des renseignements dans la province de Bamiyan, en majeure partie peuplée de Hazaras.

Ces derniers ont été persécutés pendant des décennies, en particulier par les talibans au moment de leur premier passage au pouvoir (1996-2001). Ils continuent aussi à être la cible d’attaques du groupe jihadiste État islamique, qui les qualifie d’hérétiques.

La nomination de Mehdi Mujahid avait été perçue comme une tentative des talibans de concrétiser leur intention affichée de se montrer plus inclusifs. Des promesses restées par ailleurs largement vides, le gouvernement étant presque exclusivement composé de Pachtounes.

Mais en début d’année, le trentenaire a été démis de ses fonctions et est entré en conflit avec ses anciens parrains. Il s’est alors replié avec des combattants dans son district natal de Balkhab, contre lequel les talibans ont déclenché une offensive fin juin.

Sectarisme religieux, ethnicité et lutte pour le contrôle des ressources en charbon du Balkhab : « Tous ces facteurs ont contribué à la naissance du conflit », a déclaré à l’AFP l’analyste Nematullah Bizhan, basé en Australie.

Le Balkhab abrite plusieurs mines de charbon, dont la demande a grimpé en flèche ces derniers mois, en particulier au Pakistan voisin, en raison de la crise énergétique.

Les commandants talibans locaux avaient la réputation de « taxer » les camions allant au Pakistan, comme avant eux des membres du gouvernement précédent. Mehdi Mujahid a été limogé pour avoir refusé de se plier à la volonté de Kaboul de freiner cette pratique.

« Le Balkhab a aussi une longue histoire de résistance face au gouvernement », ajoute M. Bizhan.

Si les combats n’ont duré que quelques jours et si Mehdi Mujahid s’est ensuite réfugié dans les montagnes, au moins 27.000 personnes, selon l’ONU, ont dû fuir cette région aride et désertique, souvent accessible uniquement à pied.

« Nous n’avions rien sur nous, nous sommes partis avec les vêtements que nous portions, nous n’avions pas de nourriture. Nous avons marché pendant quatre jours, c’était parfois jusqu’à dix heures de marche », explique Barat Ali Subhani, aussi hébergé avec sa femme et leurs cinq enfants dans la mosquée près de la ville de Yakawlang.

« Les jours suivants, nous n’avions plus d’espoir (…) Nous pensions que nous allions tous probablement mourir », ajoute-t-il.

Dans la localité de Duzdanchishma, proche du district de Balkhab, la cheffe du centre de santé a soigné plusieurs déplacés.

« La plupart étaient des femmes enceintes parce qu’ils (les déplacés) avaient beaucoup marché dans les montagnes », dit à l’AFP Najiba Mirzae.

Selon elle, « la plupart des femmes et des enfants avaient des problèmes respiratoires, de la diarrhée, des vomissements, à cause du froid ».

Des agences de l’ONU ont distribué de l’aide, mais l’accès à de nombreux déplacés, éparpillés dans les montagnes, restait difficile.

Les traits tirés, la peau tannée, Noryalai dirige une équipe mobile de l’Unicef à Duzdanchishma. Il arpente la région à pied à la recherche de déplacés.

Il revient d’un périple épuisant vers un lieu où il pensait en trouver. « Malheureusement, nous n’avons pas pu y arriver : à un endroit, les ânes ne pouvaient pas passer » et il a fallu rebrousser chemin, se désole-t-il.

Si des médias locaux ont fait état de tués dans chaque camp et parmi les civils, aucun bilan fiable n’est disponible.

Fin juin, l’organisation Amnesty International s’est dite « gravement préoccupée par les informations faisant état d’exécutions sommaires et de sévices infligés à des civils ». Des accusations rejetées par Kaboul.

« Il n’y a plus de combats. Mehdi Mujahid a fui dans la montagne. Nous le recherchons », a affirmé à l’AFP le porte-parole du ministère de la Défense, Enayatullah Khwarizmi.

« On nous dit que la situation est normale, mais nous avons entendu dire qu’après 20 heures les talibans n’autorisent personne à se promener. Et si quelqu’un sort ou si les lumières sont allumées, ils tirent », explique toutefois, sous couvert d’anonymat, un déplacé croisé près de Duzdanchishma.

« Les gens ont peur, c’est pourquoi ils sont encore dans les montagnes », dit-il.

 Mourad M.

 

 

 

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img