24.9 C
Alger
mercredi 17 août 2022

Variole du singe: L’OMS Europe s’attend à une hausse des décès

Une augmentation du nombre des décès en lien avec la variole du singe est à prévoir, a estimé, samedi, le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe, après l’annonce des premiers décès hors d’Afrique.

Par Faten D.
L’organisation souligne néanmoins que les complications sévères restent rares. Deux décès de personnes atteintes de la variole du singe ont été annoncés depuis vendredi par l’Espagne et un autre par le Brésil, sans que l’on sache si le virus est bien à l’origine de ces morts. Ces trois cas portent à huit le nombre de décès enregistrés dans le monde depuis mai, les cinq premiers ayant été signalés en Afrique, où la maladie est endémique et a été détectée pour la première fois chez l’homme en 1970. «Compte tenu de la poursuite de la propagation de la variole su singe en Europe, nous nous attendons à plus de décès», a déclaré dans un communiqué Catherine Smallwood, une responsable des situations d’urgence de l’OMS Europe. L’objectif doit être d’«interrompre rapidement la transmission du virus en Europe et mettre un coup d’arrêt à cette épidémie», insiste
Mme Smallwood, qui souligne toutefois que sans la plupart des cas, la maladie se guérit d’elle-même, sans nécessiter de traitement. «La notification des décès liés à la variole du singe ne change pas notre évaluation de l’épidémie en Europe. Nous savons que, bien que spontanément résolutive dans la plupart des cas, la variole du singe peut entraîner de graves complications», a-t-elle relevé. Les autorités espagnoles n’ont pour l’instant pas donné la cause précise des décès, dans l’attente notamment des résultats d’une autopsie, tandis que les autorités brésiliennes ont souligné que l’homme décédé souffrait «d’autres conditions graves». L’OMS a déclenché le 24 juillet le plus haut niveau d’alerte, l’Urgence de santé publique de portée internationale (USPPI), pour renforcer la lutte contre la variole du singe, aussi appelée orthopoxvirose simienne. Selon l’OMS, plus de 18 000 cas ont été détectés dans le monde hors Afrique depuis début mai, dont la majorité en Europe. Pour l’instant, l’OMS souligne qu’il n’y a pas de vaccin pour tout le monde et recommande donc de donner la priorité à ceux qui sont le plus à risque, ceux qui sont malades et ceux qui les soignent ou font de la recherche.

Plus de 19 600 cas dans le monde
Plus de 19 600 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis le début du mois de mai, en-dehors des zones endémiques en Afrique, a indiqué, vendredi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son dernier rapport de situation, notant que les Etats-Unis et neuf pays européens représentaient près de 90 % des cas. «Depuis le 1er janvier 2022, des cas de variole du singe ont été signalés dans les six régions de l’OMS», a fait savoir l’agence sanitaire mondiale de l’ONU, notant qu’au 29 juillet un total de 19 691 cas confirmés en Laboratoire, dont cinq décès, ont été enregistrés à l’OMS. La maladie a été signalée dans 78 pays jusque-là et 70 % des cas sont concentrés en Europe, soit 13 800 cas et 30 % dans les Amériques (5 400 cas). D’une manière générale, le nombre de nouveaux cas signalés chaque semaine dans le monde a augmenté de 60 % au cours de la semaine du 18 au 24 juillet, avec 4 407 cas par rapport à la semaine du 11 au 7 juillet (2 744 cas). L’agence sanitaire mondiale estime que le risque global était «modéré». Sur le plan régional, l’OMS estime que le risque est élevé dans la Région européenne. Celui-ci semble modéré dans la Région africaine, dans les Amériques, en Méditerranée orientale et en Asie du Sud-Est, tandis que le risque dans la Région du Pacifique occidental est évalué comme «faible-modéré». Selon l’agence onusienne, c’est la première fois que des cas et des chaînes de transmission durables sont signalés dans des pays sans lien épidémiologique direct ou immédiat avec des zones endémiques d’Afrique de l’Ouest ou d’Afrique centrale. Au cours des sept derniers jours, 35 pays ont une augmentation du nombre hebdomadaire de cas. Avec plus de 380 cas en une semaine, la plus forte hausse a été signalée en France. Une dizaine de pays n’ont recensé aucun nouveau cas au cours des 21 derniers jours. Dans le même temps, sept pays ont répertorié la semaine dernière leur premier cas. Il s’agit de l’île française de la Martinique, le Costa Rica, le Qatar, la Thaïlande, les Bermudes, Andorre et le Japon. Selon l’OMS, avec 3 738 cas, l’Espagne est en tête des dix pays les plus touchés dans le monde. Suivent les Etats-Unis d’Amérique (3 581), l’Allemagne (2 540), le Royaume-Uni (2 432), la France (1 837), les Pays-Bas (818), le Canada (744), le Brésil (696), le Portugal (588) et l’Italie (426). Ensemble, ces dix pays représentent près de 90 % des cas signalés dans le monde. Depuis 1970, des cas humains de variole du singe ont été signalés dans 9 pays d’Afrique subsaharienne : Cameroun, République centrafricaine, Congo, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Gabon, Liberia, Nigeria et Sierra Leone. En 2022, au 27 juillet 2022, 328 cas confirmés ont été comptabilisés dans ces pays avec cinq décès. Le virus de la variole du singe se transmet à l’être humain par un contact étroit avec une personne ou un animal infecté, ou avec des matériaux contaminés par le virus. La maladie se manifeste généralement par de la fièvre, des éruptions cutanées et un gonflement des ganglions lymphatiques et peut entraîner toute une série de complications médicales.

USA : l’Etat de New York décrète l’état d’urgence catastrophique
La gouverneure de l’Etat de New York, Kathy Hochul, a décrété, samedi soir, l’état d’urgence catastrophique en raison de l’augmentation des cas de variole du singe dans son Etat. «Je décrète l’état d’urgence catastrophique pour renforcer nos efforts agressifs en cours contre cette épidémie», a déclaré Mme Hochul dans un communiqué. New York affiche actuellement les taux de transmission de la variole du singe les plus élevés du pays, avec 1 383 cas signalés à la date de vendredi, selon les données de l’Etat. «Plus d’un cas de variole du singe dans ce pays (les Etats-Unis) sur quatre ont été détectés dans l’Etat de New York, et nous devons utiliser toutes les armes à disposition dans notre arsenal pour y répondre», a indiqué Mme Hochul. Cette annonce intervient un jour après que le commissaire à la santé de l’Etat de New York a affirmé que la variole du singe représentait un «danger imminent pour la santé publique». Plus de 5 100 cas de variole du singe ont été signalés aux Etats-Unis en date de vendredi, l’Etat de New York affichant le plus grand nombre de cas, suivi par la Californie, d’après les données les plus récentes des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies.

Espagne/Variole du singe : deuxième décès d’un patient contaminé par le virus

Une deuxième personne atteinte de la variole du singe est morte en Espagne, a indiqué, samedi, le ministère de la Santé, au lendemain de l’annonce du premier décès dans le pays d’une personne infectée par ce virus. «Parmi les 3 750 patients (…) 120 cas ont été hospitalisés et deux sont décédés», a indiqué le Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires du ministère dans son dernier rapport publié samedi, sans préciser la date de ce deuxième décès. Il s’agit des premiers décès en Europe de personnes contaminées par la variole du singe. Au total, sept décès ont été enregistrés dans le monde depuis mai, les cinq premiers ayant été signalés en Afrique, où la maladie est endémique et a été détectée pour la première fois chez l’homme en 1970. En Espagne, l’un des pays comptant le plus de cas dans le monde, 4 298 personnes ont été infectées selon les dernières données du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires. La plupart des contaminations sont concentrées en Europe, où se trouvent 70 % des
18 000 cas détectés depuis début mai et 25 % dans les Amériques, selon le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.
F. D.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img