5.9 C
Alger
dimanche 27 novembre 2022

Verts

Pour un parti qui prétend à diriger la France, le parti Europe Écologie-Les Verts ne cesse d’accumuler les bourdes, plus ou moins graves, qui agacent l’opinion, suscitent la moquerie de leurs adversaires politiques et font surtout douter de leurs capacités à remplir des fonctions d’importances, alors même que de nombreuses grandes villes sont depuis les dernières élections municipales dirigées par les écologistes. Depuis les municipales justement, il ne se passe quasiment plus une semaine sans
qu’une bêtise en chasse l’autre. Cette semaine, les Verts sont accusés de discriminer les séniors dans une campagne de communication, le patron d’EELV a fait amende honorable en reconnaissant le faux pas de son parti. «Les boomers, eux, ont prévu d’aller voter». Par ce message provocateur, Julien Bayou s’est attiré les foudres de la classe politique, à gauche comme à droite. Ce visuel de campagne, diffusé sur Facebook, faisait référence à ces personnes âgées, génération 1945-1960, pouvant s’apparenter à une certaine idée conservatrice et désuète de la France. Dans une déclaration auprès de l’Agence France-Presse, le candidat écologiste a admis en début de semaine une «erreur». Le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts a souligné que sa «conception de l’écologie est de rassembler l’ensemble des forces et des générations». Deux jours auparavant, Julien Bayou, candidat à la présidence de la région Île-de-France, a dévoilé dans un tweet une série de visuels déclinant les exemples de supposés adversaires de l’écologie. Objectif : inciter ses propres sympathisants à aller voter. Sur l’une des images, retirée depuis, figuraient des personnes âgées souriant et le slogan : «Les boomers, eux, ont prévu d’aller voter». «Le visuel boomers était maladroit et blessant. Nous
l’avons immédiatement retiré. Je ne l’avais pas validé, mais j’en prends la responsabilité», a réagi Julien Bayou, dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux. Selon lui, «l’écologie n’en serait pas là sans les héros et héroïnes des générations qui ont pris avant tout le monde, et souvent sous les moqueries, le bâton de pèlerin». Invité sur BFMTV, ce dimanche, François Bayrou a réagi à cette opération de communication. «Cette campagne, elle dit : ‘’On ne regarde pas les gens comme des citoyens, on les regarde comme appartenant à une catégorie, une communauté’’, et que c’est la catégorie et la communauté qui font le vote», a dénoncé le président du MoDem. D’après le maire de Pau, «parce que vous avez plus de 50 ans, ça veut dire que vous voterez d’une certaine manière, et parce que vous êtes jeune, vous ne pouvez voter que pour nous». Le haut-commissaire au Plan a déploré «une dérive, une de plus, ce n’est pas la plus grave», en référence à de précédentes polémiques concernant des propos de maires écologistes. À gauche, l’ancien député socialiste Jérôme Guedj, directeur de l’Observatoire des politiques sociales de la Fondation Jean-Jaurès et soutien de la candidate socialiste en Île-de-France Audrey Pulvar, avait exprimé son agacement sur Twitter : «L’âgisme est, hélas, la plus banale et la plus admise des discriminations, cette affiche en est un exemple». L’ancien Premier ministre Manuel Valls a pour sa part apporté son «soutien» au philosophe Alain Finkielkraut, objet d’un autre des visuels disant : «Alain Finkielkraut, lui, a prévu d’aller voter». «C’est une campagne bête et absurde d’EELV», a déclaré le conseiller d’opposition à la mairie de Barcelone. Un faux pas qui vient s’ajouter à une multitude d’autres qui décrédibilisent un parti qui a longtemps été dans l’ombre et qui grâce à son succès aux municipales est au-devant de la scène. Reste à voir si ces anicroches changeront la perception des électeurs vis-à-vis du mouvement vert ou si les Français, soucieux d’un tournant écologiste, seront plus cléments.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img