22.9 C
Alger
lundi 5 décembre 2022

Versions

Des « Darmanin démission » résonnent depuis une semaine déjà sur les réseaux sociaux pour dénoncer le fiasco de la League des champions organisée en Seine-Saint Denis samedi dernier. Mais cette fois-ci ces appels ne viennent pas de « gilets jaunes » en colères ou d’acteurs sociaux opposés à la politique sécuritaire du ministre de l’Intérieur, mais de médias britanniques et de supporters anglais, révulsés de voir Gerald Darmanin tenter à toute force de leur imputer les incidents qui se sont produit autour du Stade de France lors du match Liverpool-Madrid. Les témoignages de l’autre côté de la Manche se multipliant l’UEFA a dû rétropédaler après avoir été la première à accuser les anglais d’être responsables du chaos de samedi dernier. Le 28 mai, quelques minutes après les graves incidents ayant émaillé la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, avec des scènes de chaos devant le Stade de France et de gros dysfonctionnements dans l’organisation de l’événement, l’instance européenne a dégainé un communiqué qui pointait clairement du doigt les détenteurs de faux billets. « Avant le match, les portes du côté de Liverpool ont été bloquées par des milliers de supporters qui avaient acheté de faux billets qui ne fonctionnaient pas dans les tourniquets. Cela a créé une accumulation de supporters essayant d’entrer. En conséquence, le coup d’envoi a été retardé de 35 minutes pour permettre à un maximum de supporters munis de billets authentiques d’accéder au stade », avait réagi l’institution. Une version rapidement appuyée par les autorités françaises. Présent au Stade de France, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a évoqué « des milliers de ‘supporters’ britanniques, sans billet ou avec des faux billets », qui « ont forcé les entrées et, parfois, violenté les stadiers ». Auditionné mercredi devant la commission des lois du Sénat, au côté de la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, il a reconnu certaines erreurs tout en maintenant sa version sur le nombre de faux billets qui auraient été au nombre de 40.000. Au sein de l’UEFA, on estime aujourd’hui que les supporters de Liverpool ne sont plus les principaux responsables de ce fiasco, selon les informations du quotidien britannique The Mirror. L’instance a commandé une enquête indépendante et ne fera pas davantage de commentaires en attendant d’en savoir plus sur ce qui a pu se passer samedi soir. L’UEFA a par ailleurs reçu des plaintes de la part de plusieurs de ses partenaires et sponsors qui avaient offert des invitations pour cette finale. Parmi ces clients, beaucoup auraient rencontré des problèmes. Leurs billets, pourtant authentiques, n’auraient pas fonctionné et ils auraient été encouragés à passer sous les tourniquets. Ce qui fait dire à l’UEFA que les responsabilités sont sans doute partagées. Reste à voir comment un autre évènement d’une ampleur bien différente sera accueilli dans le même département à l’été 2024 et si à ce moment-là de semblables incidents se reproduiront comme le craignent déjà plusieurs observateurs politiques. En effet, les Jeux olympiques de 2024 qui doivent se tenir à Paris, se dérouleront largement en Seine-Saint Denis suscitant l’inquiétude de voir des JO gâchés par des incidents similaires qui entacheront pour le coup bien plus profondément l’image de la France dans le monde.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img