22.9 C
Alger
lundi 5 décembre 2022

Vers «un changement des modes d’enseignement et de gestion» : Révolution d’autonomie en vue dans l’Université, selon le ministre

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, a appelé, mardi à Tipasa, les établissements universitaires du pays à se préparer à la prochaine étape, qui requiert un changement des modes d’enseignement et de gestion en prévision d’une autonomie plus grande et d’une décentralisation des décisions.

Par Lina B.

«Il est impératif pour les établissements universitaires, durant la prochaine étape,
d’être à la hauteur des objectifs stratégiques fixés, qui sont au diapason des mutations locales, nationales et mondiales», a déclaré le ministre dans son allocution, lors d’une rencontre avec la famille universitaire, au siège du Centre universitaire «Morsli-Abdallah» de Tipasa.
Il a souligné la nécessité pour l’université de prendre en charge la «modernisation de ses méthodes et moyens de travail, en vue d’être au diapason des exigences de l’ère du numérique dans l’objectif de développer le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et partant, arriver à offrir des prestations de qualité et promptes tant aux étudiants qu’à la famille universitaire». Le ministre a réitéré, à l’occasion, son appel aux responsables en charge des établissements universitaires du pays, en vue de se «tenir prêts pour un changement des reflexes et des actes, au même titre que des modes d’enseignement et de gestion, et leur révision», en prenant en compte l’expérience acquise durant la lutte contre le Covid-19, et les restrictions imposées par elle, dont la plus importante fut la clôture de l’année universitaire dans des conditions spéciales, après la décision prise, par la tutelle, de laisser la prise de décision à l’appréciation des recteurs des universités.
S’adressant aux membres de la famille universitaire présents sur place, Abdelbaki Benziane leur a recommandé l’impératif de «se tenir prêts pour plus d’autonomie et une décentralisation des décisions», soutenant que les autorités supérieures du pays, à leur tête le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, attendent que celle-ci (famille universitaire) «opère un changement dans les méthodes de gestion des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, par l’adoption d’un nouveau système de travail». Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a signalé, à cet effet, l’entame, par ses services, de l’«actualisation des règlements et lois pour les adapter aux exigences sociétales actuelles nationales et mondiales», et ce, en conférant «une véritable autonomie à l’université», afin qu’elle puisse, a-t-il dit, «mettre en place son système pédagogique, scientifique et administratif, par l’encouragement des compétences au sein des élites, à réaliser des études et des expertises et à créer des bureaux d’études, suivant des cahiers des charges spécifiques répondant aux exigences du développement».
Soit une démarche susceptible d’«assurer des sources de financement à l’université et de consacrer son indépendance», selon M. Benziane qui a estimé que la consécration de cet objectif «requiert des mécanismes de gouvernance modernes à tous les niveaux, dont la possession d’un projet pour développer l’entreprise, une large connaissance des besoins du développement local, et une ouverture sur l’environnement économique et mondial, à travers la signature de conventions et d’accords de jumelage, outre l’encouragement de la libre initiative, de la gestion rationnelle et de la rationalisation des dépenses».
L. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img