12.9 C
Alger
vendredi 2 décembre 2022

Vers la création de 40 000 emplois à moyen terme: Le secteur de l’Energie et des Mines s’attaque au chômage

Le chômage demeure parmi les plus grands fléaux dont souffre l’économie algérienne et les populations jeunes en sont particulièrement frappées. Afin de remédier à ce problème, le secteur de l’Energie et des Mines «œuvre à créer plus de 40 000 emplois à moyen terme au niveau national», a révélé le secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines, Abdelkrim Aouissi.

Par Thinhinane Khouchi

Le taux de chômage en Algérie est en constante augmentation. En effet, un rapport publié en juillet 2021 par le Département de recherche du fournisseur de données Statista, présente la progression du taux de chômage en Algérie de 2012 à 2020, et dresse les prévisions de son évolution jusqu’en 2026. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), le taux de chômage a connu une augmentation de 2012 à 2020 et devrait continuer à augmenter en Algérie dans les prochaines années. Ainsi, le pourcentage de la population sans emploi passera de 14,86 % en 2022 à environ 17 % en 2024 pour atteindre 19 % en 2026. Soit une progression de 5 points en 5 ans. Ces prévisions donnent froid dans le dos et poussent à la réflexion. Afin d’éviter une telle augmentation du taux de chômage, le département de Mohamed Arkab, ministre de l’Energie et des Mines, «œuvre à créer plus de 40 000 emplois à moyen terme». Selon le secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines, Abdelkrim Aouissi, plus de 40 000 emplois seront créés «à moyen terme». Ce nombre «important» de postes de travail devra être généré grâce aux nouveaux projets en cours de réalisation, particulièrement dans les filières des mines et de la pétrochimie, a précisé ce même responsable en marge du 12e congrès de la Fédération arabe des travailleurs du pétrole, des mines et de la chimie (FATPMC) qui s’est tenu pendant deux jours (les 6 et 7 novembre) dans la commune touristique de Filfila, à Skikda. Le même cadre a rappelé que le nombre de travailleurs du secteur de l’Energie et des Mines a atteint, en juillet 2022, plus de 300 000 et les effectifs du secteur progressent annuellement de 1,5 %. Il a affirmé que le secteur accorde une grande importance au développement des ressources humaines par la formation continue et l’accompagnement des travailleurs dans leur processus professionnel par le biais des établissements et instituts de formation relevant du secteur à travers le pays. Le secrétaire général du ministère de l’Energie et des Mines a évoqué les efforts de l’Etat pour développer le secteur par l’intégration de la transition énergétique parmi les priorités, le recours aux énergies renouvelables et la rationalisation de la consommation énergétique pour préserver ses ressources aux générations futures et parvenir à un développement durable compatible avec les engagements internationaux du pays. Aouissi a salué le rôle majeur assumé par le partenaire social dans le secteur de l’Energie et des Mines, permettant la concrétisation des divers projets programmés pour le secteur. Le congrès a regroupé près de 100 délégués d’organisations syndicales de 14 pays arabes, en présence de directeurs généraux de sociétés nationales du secteur de l’Energie, des Mines et de la chimie.

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img