26.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Vaccin anti-Covid19: Réception d’un million de doses d’ici fin mai

L’Algérie devra recevoir, d’ici fin du mois en cours, un million de doses des vaccins SputnikV, AstraZeneca et Sinovac.
Afin d’augmenter la cadence de vaccination contre le coronavirus, l’Algérie va réceptionner un nouveau lot de vaccins de différents laboratoires internationaux. En effet, démarrée début février, la campagne de vaccination se poursuivra avec la réception, fin mai, d’un quota d’un million de doses. «Nous devrions réceptionner plus d’un million de doses pour le mois de mai, dont 400 000 du vaccin chinois Sinovac», a déclaré le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, lors d’une sortie sur le terrain effectuée à l’Ouest d’Alger.
Relevant que l’Algérie va recevoir son deuxième quota du vaccin anglais AstraZeneca, estimé à 675 800 doses, le ministre de la Santé a affirmé que l’Algérie entretient de bons rapports avec le laboratoire chinois Sinovac. «J’ai demandé au directeur général de l’Institut Pasteur de négocier encore plus parce qu’il n’y a aucun problème d’argent», a-t-il assuré.
Selon Benbouzid, «les Russes s’engagent à nous envoyer le reste de notre commande durant le mois en cours, car nous n’avons réceptionné que 50 000 doses». Toutefois, le ministre de la Santé a tenu à informer l’opinion publique que «ces livraisons restent tributaires des fournisseurs qui eux-mêmes peinent à respecter leurs engagements». Il a déclaré que la cadence de vaccination va pouvoir s’accélérer, après la réception d’un million de doses, en attendant la réception d’autres quotas prévus en juin. Jusqu’à fin avril, l’Algérie a réceptionné environ 1 million de doses de différents vaccins anti-Covid-19, notamment le vaccin chinois, le russe «Sputnik V» et l’anglo-suédois «AstraZeneca». Récemment, l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) avait annoncé, la réception, en date du 30 avril, de nouvelles quantités de vaccins anti-Covid-19. Il s’agit des vaccins russe et chinois. Par ailleurs, Benbouzid a fait état de la reconsidération en vigueur des services d’urgences de proximité au sein des polycliniques, notamment celles situées dans les quartiers où il y a surpopulation, afin d’atténuer la pression sur les établissements hospitaliers d’envergure, censés être orientés vers la recherche et la formation.
«La prestation de service au sein des dispensaires de proximité devrait satisfaire les aspirations des citoyens et mettre en place un climat propice en faveur des staffs médicaux», a-t-il estimé, assurant que «c’est pris en considération à Alger et ce sera généralisé vers les autres wilayas afin de réaliser un pas vertigineux dans le secteur». Et de poursuivre que «la réception, l’amélioration ou encore la réhabilitation des projets dans le secteur est un véritable acquis pour tous et qui ne pouvait être concrétisé sans les sacrifices de nos martyrs qui ont voué leur vie pour l’Algérie».
Pour rappel, le ministre du secteur avait fait état, en fin de l’année passée, d’un programme d’aménagement et d’équipement de 15 services d’urgences médico-chirurgicales au niveau de structures de santé de proximité à Alger.
Cette opération sera généralisée à l’ensemble du territoire national, dans le cadre de la stratégie de modernisation du système sanitaire.
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img