13.9 C
Alger
mercredi 7 décembre 2022

Vaccin anti-covid made in Algeria à partir d’aujourd’hui: L’Algérie produira huit millions de doses chaque mois

Le vaccin contre le Covid-19, made in Algeria sortira aujourd’hui des lignes de production du groupe pharmaceutique public Saidal. Huit millions de doses seront produites chaque mois, indique le directeur des activités pharmaceutiques et de la régulation au ministère de l’Industrie pharmaceutiques, le Dr Bachir Alouache.
Pour lui, «la décision de produire localement le vaccin dans notre pays est judicieuse pour de nombreuses considérations, y compris la forte demande mondiale pour celui-ci, qui a fait que les entreprises internationales produisant divers vaccins ont du mal à répondre aux besoins mondiaux en peu de temps».
En plus de cela, ajoute-t-il, cela représente une garantie de souveraineté nationale en matière de santé.
Invité de la Chaîne I, de la Radio nationale, Bachir Alouache est revenu également sur les différentes qui ont précédé la production du vaccin. Il dira qu’ «après de longues négociations avec le partenaire chinois (Sinovac), au cours desquelles l’ambassadeur de Chine a été contraint d’intervenir, un contrat a été signé le 25 juillet de l’année en cours entre les deux parties». Il joute que «par la suite le partenaire chinois a envoyé ses experts inspecter l’unité de Saidal à Constantine, où ils ont présenté des remarques que notre comité a prises en considération et que Saidal à mises en œuvre. Le 27 août, nous avons obtenu la matière première, et la production sera officiellement terminée aujourd’hui».
Selon l’accord, Saidal, dit-il produira 320 000 doses avec unes seule équipe, soit 8 millions de doses par mois et 95 millions par an, afin de répondre aux besoins du marché national, estimés à 65 millions de doses. «Si nous passons à deux équipes, nous pouvons atteindre la production de 200 millions de doses par an», a-t-il estimé.
Mais pour des raisons objectives, l’intervenant précise que Saidal a mis en place un programme spécial de production, où il commencera à produire un million de doses en octobre, puis deux millions de doses en novembre, pour atteindre 5,8 millions de doses en janvier prochain, portant le nombre plus tard à huit millions de doses par journée.
Le directeur des activités pharmaceutiques et de la régulation au ministère de l’Industrie pharmaceutiques, détaille que «suite aux négociations menées par le comité d’experts algériens avec le partenaire chinois, ce dernier a accordé à Saidal le droit d’utiliser la marque CoronaVac reconnue par l’Organisation mondiale de la santé, qu’elle soit produite en Chine ou en Algérie, contrairement aux laboratoires de certains pays qui ont produit le vaccin, mais sans en obtenir la marque. «Cela renseigne sur la confiance qu’accorde le partenaire chinois à l’Algérie d’abord et aux groupe industriel public Saidal, ainsi que dans sa capacité à produire le vaccin selon les normes internationales», s’est t-il félicité.
Selon l’invité de la radio Chaîne I, la production locale du vaccin réduira la facture d’importation. Car, explique-t-il, le vaccin local coûtera moins cher que celui importé, notant que l’Algérie n’aura pas besoin d’importer le vaccin à l’avenir, excepté les dons fournis par l’Organisation mondiale de la santé dans le cadre de Covax. Ce n’est pas fini, l’Algérie compte, ajoute le responsable du ministère de l’Industrie pharmaceutique, se projeter dans l’exportation vers l’Afrique du vaccin anti-Covid CoronaVac
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img