11.9 C
Alger
mercredi 8 février 2023

Une quarantaine de morts par asphyxie depuis début janvier: Le bilan du monoxyde de carbone s’alourdit de jour en jour

Le bilan des victimes décédées par ce gaz très dangereux depuis le 1er janvier 2023 est de 39 personnes et 388 autres secourues par les services de la Protection civile, relève un communiqué du même corps.

Par Thinhinane Khouchi
Le monoxyde de carbone, surnommé le tueur silencieux, a fait des ravages depuis le début de l’année en cours. En effet, en seulement 23 jours, les services de la Protection civile ont enregistré 39 morts par asphyxie au monoxyde de carbone. Dans un communiqué rendu public, il est indiqué que «trois cas de décès par asphyxie au monoxyde de carbone ont été enregistrés ces dernières 24 heures dans les wilayas de Tébessa et Mila, portant le nombre de personnes décédées par ce gaz à 39 depuis le début de l’année». Il s’agit de 2 personnes de sexe masculin, âgées respectivement de 21 ans et 32 ans, tuées par le monoxyde de carbone émanant d’une tabouna à l’intérieur d’un local commercial dans la commune de Bir el Atter, dans la wilaya de Tébessa, alors que la seconde personne (47 ans) a été tuée par ce même gaz émanant également d’une tabouna au domicile familial, au centre-ville de la commune d’Ain Tine (Mila). Les secours de la Protection civile sont intervenus, en outre, pour prodiguer des soins de première urgence à 23 personnes incommodées suite à l’inhalation du monoxyde de carbone émanant d’appareils de chauffage et chauffe-bain à l’intérieur de leurs domiciles à travers plusieurs wilayas du pays. Le bilan des victimes décédées par ce gaz très dangereux depuis le 1er janvier 2023 est de 39 personnes et 388 autres secourues par les services de la Protection civile, relève la même source. La Protection civile conseille aux citoyens de suivre et de respecter les consignes et les recommandations de prévention pour éviter les risques d’intoxication attribués au monoxyde de carbone, favorisés par des conditions climatiques hivernales où le froid s’installe avec de fortes baisses des températures. La Protection civile met à la disposition des citoyens le numéro d’urgence (14) et le numéro vert (1021) pour toutes interventions ou informations quant à une prise en charge rapide et efficace et répondre aux différentes sollicitations. Par ailleurs, afin d’éviter que ces drames ne se reproduisent, le ministère de la Santé a mis en garde contre les dangers de l’intoxication au monoxyde de carbone qui, souvent, conduit à la mort. Ces mises en garde s’inscrivent dans le cadre d’une campagne de sensibilisation aux dangers de l’asphyxie par ce gaz dont les taux s’accentuent en cette période de basse température. «Toxique et inodore, le monoxyde de carbone est le résultat d’une mauvaise combustion quel que soit le combustible (gaz butane, charbon, essence, gaz naturel, pétrole, fuel ou propane)», a précisé le ministère de la Santé, expliquant que «la densité du monoxyde de carbone est similaire à celle de l’air, d’où sa propagation rapide dans l’espace». «L’inhalation du Co permet à ce dernier de remplacer l’oxygène dans le sang et de s’adapter aux protéines transportant l’oxygène, ce qui pourrait entraîner la mort», selon le communiqué. En cas d’apparition de ces symptômes, il faut appeler immédiatement le SAMU, la Protection civile, ou se rapprocher du centre de santé de proximité le plus proche. En cas d’intoxication aiguë, le plus souvent la victime présente d’abord des signes de malaise avec nausées, vertiges et maux de tête, elle présente ensuite une grande faiblesse et des difficultés à se déplacer. Elle peut perdre connaissance et si les secours n’arrivent pas à ce moment, elle va sombrer dans le coma et mourir en moins d’une heure. En outre, poursuivant sa campagne de sensibilisation, la Direction de distribution de Dar El Beida relevant de Sonelgaz-distribution a rappelé, avant-hier dans un communiqué, une série de mesures préventives pour protéger les citoyens contre les risques d’une mauvaise utilisation des appareils de combustion fonctionnant au gaz, dont les émanations de CO, parallèlement à la vague de froid que connaît le pays, notamment les régions du Centre. La direction a, en outre, rappelé dans son communiqué, les différentes causes à l’origine de ces émanations, notamment une installation vétuste, un appareil défectueux ou une mauvaise évacuation du conduit de fumée, mettant en garde contre «les graves conséquences» de ces risques. Pour éviter ces risques, la direction a fourni un ensemble de mesures préventives, à l’effet de protéger le citoyen contre l’intoxication au CO, à savoir aérer régulièrement le logement, notamment en saison hivernale à raison d’au moins 10 minutes par jour, s’assurer de l’entrée de l’air par les bouches d’aération à l’intérieur du logement, surveiller la couleur de la flamme du chauffage qui doit être bleue et procéder au ramonage des cheminées deux fois par an. La direction a également appelé à vérifier et à entretenir les appareils de chauffage et les chauffe-eaux tous les ans et à fermer l’arrivée de gaz après chaque utilisation. Dans son communiqué, elle a appelé les citoyens à faire preuve de vigilance et de prudence, tout en mettant à leur disposition le numéro 3303, en cas d’une forte odeur ou d’une fuite de gaz. T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img