8.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Une hausse des salaires de 47 à 50 % en deux ans : Près de 3 millions de fonctionnaires concernés

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Youcef Chorfa, a donné des détails sur les augmentations des salaires décidées par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, lors de la réunion du Conseil des ministres. Selon lui, cette hausse touchera près de 3 millions de fonctionnaires, y compris les contractuels.

Par Meriem Benchaouia

Invité du journal télévisé de 20h00 de la Télévision nationale publique, le ministre du Travail a indiqué, dimanche soir, que la décision du président de la République d’augmenter les salaires au cours de 2023-2024 pour atteindre annuellement un seuil oscillant entre 4 500 DA et 8 500 DA en fonction des catégories, «touchera 2,8 millions fonctionnaires et contractuels, alors que les augmentations dans le secteur économique seront fixées par les conventions collectives entre l’opérateur et le partenaire social». L’augmentation des salaires en trois ans «sera de 47 % à 50 %», sachant que son seuil variera entre 4 500 DA et 8 500 DA par an selon les catégories, a expliqué le ministre qui a cité, à titre d’exemple, l’augmentation salariale au profit des enseignants qui bénéficieront d’une revalorisation de près de 13 500 DA au cours des deux prochaines années. Concernant la revalorisation des pensions de retraite, le ministre a évoqué la première catégorie des bénéficiaires, à savoir les affiliés à la Caisse nationale de retraite (CNR) pour une période de moins de 15 ans et qui perçoivent actuellement une pension de 4 000 à 10 000 DA, précisant que l’augmentation de la pension atteindra 11 000 DA et concernera 900 000 retraités. Pour la pension de retraite à 15 000 DA, celle-ci augmentera à 20 000 DA et concernera 250 000 retraités. S’agissant de l’allocation chômage qui sera également revalorisée sur instruction du président de la République, le ministre du Travail a fait savoir que le nombre de bénéficiaires atteindrait, fin décembre 2022, 1,9 million de bénéficiaires parmi les universitaires, les diplômés des instituts de formation et les non diplômés. Ainsi, l’allocation chômage augmentera de 13 000 DA net à 15 000 DA, alors que les coûts de la couverture sanitaire (carte Chifa) des concernés seront pris en charge par l’Etat en attendant leur insertion dans le monde du travail. Après avoir salué les décisions prises à cet effet, le ministre du Travail a affirmé que «ces décisions coûteront des montants importants au Trésor public, certes mais, a-t-il dit, la préservation de la dignité des Algériens et l’amélioration de leur niveau de vie n’a pas de prix». Le ministre a souligné, à ce propos, que des «négociations sont en cours dans le secteur économique entre les partenaires sociaux et le patronat, en vue de permettre aux travailleurs de bénéficier d’augmentations dans le cadre des conventions collectives». «Ces décisions prises par le président de la République sont historiques, vu que les augmentations de salaires et d’allocations ont grimpé de 50 % au cours des dernières années, ce qui prouve, a-t-il dit, que le président de la République a honoré ses engagements vis-à-vis des catégories sociales concernées».
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img