4 C
Alger
mercredi 20 janvier 2021

Une date aux couleurs de notre héritage culturel : Yennayer, la plus ancienne fête algérienne

Demain, les régions du pays célébreront le premier jour de l’an amazigh, avec des rites et traditions différentes et uniques mais qui reflètent l’attachement de chacun à son héritage culturel et ses coutumes qui résistent à l’usure du temps.

Par Thinhinene Khouchi

Depuis plusieurs jours, les citoyens des différentes régions du pays s’activent pour préparer la célébration de Yennayer. Cette fête est célébrée dans les quatre coins du pays de manières différente mais tout aussi éblouissante. A l’occasion, l’Algérie renoue avec les habitudes et traditions et assure surtout le regroupement des familles autour de la même table pour déguster les succulents plats de Yennayer et les plus riches friandises. En effet, dans la majorité des régions, Yennayer est précédé par «le dîner de Yennayer» qui a lieu la veille du nouvel an Amazigh. Si certains préfèrent et même insistent pour que le plat principal soit l’irremplaçable «couscous», d’autres préparent plutôt «rechta, r’fis, chekhchoukha, berkoukès ou même cherchem qui est préparé à base d’un mélange de légumes secs». Dans certaines régions, les citoyens organisent un repas en groupe appelé «el waâda», à l’image de Tizi-Ouzou, Batna, Béjaia, Boumerdès et autres. Le dîner ce jour-là doit être servi tard et se doit d’être copieux, ce qui, aux yeux des Imazighens, augurera une année abondante. Pour la soirée, du thé est servi avec des gâteaux traditionnels, du sfendj ou lemsemmen, des fruits secs et des pâtisseries, chocolats et bonbons pour les plus modernes. En outre, malgré les grandes mutations dans la société, les mères de famille restent attachées, à travers les différentes régions, au rituel du henné en cette occasion. En effet, ce produit décoratif traditionnel est fortement prisé avec une prédilection pour le local, réputé pour sa qualité, afin de décorer les mains des grands et des petits, et en particulier des nouveau-nés. Parées de leur henné, les femmes et les fillettes ponctuent la fête par le port de la fameuse robe kabyle. Par ailleurs, dans certaines familles encore, dans la soirée, les grands-mères racontent des histoires et des légendes aux enfants, l’autre axe principal (enfants) des festivités de Yennayer. Au niveau des Haut-Plateaux ou des campagnes, la veille de Yennayer les gens se réunissent et attendent la venue de la nouvelle année amazighe à travers différentes manifestations qui enchantent l’œil. En effet, d’une région à l’autre ou d’une wilaya à l’autre, les activités et manifestations diffèrent. Cette année, vu la situation sanitaire, des activités virtuelles seront organisées. En effet, plusieurs wilayas ont programmé des activités virtuelles dans le cadre de la manifestation de la semaine culturelle amazighe à l’occasion de la célébration du nouvel an amazigh 2971. Visant à mettre en exergue le patrimoine amazigh, ces manifestations sont diffusées depuis hier sur les sites internet des organisations culturelles ou même des directions culturelles. Enfin, il est à rappeler que Yennayer est une journée chômée et payée depuis le 12 janvier 2018.
T. K.

Article récent

--Pub--

Articles de la catégorie

- Advertisement -