21.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Un fer de lance pour la relance de l’économie: Djerad réaffirme le soutien de l’Etat aux start-up

Placés au cœur de la nouvelle stratégie économique nationale, le gouvernement compte énormément sur les jeunes entrepreneurs pour relancer l’économie du pays. «Notre pays
a plus que jamais besoin d’entreprises créatrices de richesse et de plus-value et cela en captant toutes les compétences algériennes», a souligné le Premier ministre, réitérant l’intérêt que portent les autorités à la promotion des start-up pour la création
d’une réelle valeur ajoutée.

Par Louisa Ait Ramdane

Présidant, hier, les travaux de la conférence régionale des start-up de l’Ouest du pays, «Oran Disrupt», par visioconférence, Djerad a indiqué que «nous avons décidé, dans le gouvernement, de soutenir les innovateurs, où ils se trouvent». Et le Premier ministre de poursuivre en déclarant que «notre pays à besoin aujourd’hui d’entreprises qui créent de la richesse et attirent les compétences diplômées de l’Université algérienne. Il a également besoin de ses compétences et de l’innovation, car c’est le seul moteur pour le développement économique dans toutes les régions du monde».
Pour encourager le développement de ces start-up, le Premier ministre a tenu à rappeler la démarche du gouvernement dans ce cadre, avec la mise en place d’un cadre juridique en faveur des start-up, notamment la création d’un fonds d’investissements des projets et plus de facilitations fiscales dans le cadre de la LF 2021, une solution au problème de financement, l’un des principaux obstacles à la création de start-up. «Le gouvernement avait mis en place une feuille de route claire pour passer rapidement à une économie basée sur la connaissance», a rappelé Djerad, soulignant la nécessité d’intensifier les efforts et d’impliquer tous les acteurs, basés en Algérie ou à l’étranger, pour atteindre cet objectif. «Notre économie a aujourd’hui besoin d’entreprises qui apportent une réelle valeur ajoutée et dépendent de la recherche et du développement pour fournir des services et des produits innovants», a-t-il insisté. Dans le même sillage, il a noté que le développement de l’économie n’aura lieu qu’avec la participation de tous, soulignant qu’«il n’y a pas de place dans l’économie mondiale d’aujourd’hui pour les pays qui n’innovent pas».
Evoquant le premier accélérateur des start-up déjà été lancé, le Premier ministre a annoncé la création prochaine d’annexes dans toutes les régions du pays, dans le but de «soutenir l’écosystème de l’innovation en Algérie».
Djerad a également exprimé l’espoir que les rencontres sur les start-up permettent l’implication du plus grand nombre d’universités, estimant que l’université est «un berceau d’idées innovantes et une source de compétences scientifiques et technologiques, et contribue sans aucun doute à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, de professeurs, d’ingénieurs et de chercheurs».
Pour conclure, Djerad a noté que l’organisation de la série de conférences régionales sur les start-up «démontre notre profonde conviction de l’existence de talents algériens dans toutes les régions et dans chaque wilaya du pays». «Cette rencontre
vient confirmer une fois de plus que le gouvernement accorde toute son attention aux entreprises émergentes», a-t-il dit, avant
d’ajouter : «Nous estimons que l’innovation est notre seule issue pour bâtir une économie moderne basée sur les capacités scientifiques de nos jeunes».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img