16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Un défi à relever pour améliorer les soins en Algérie: Vers une meilleure prise en charge de la santé mentale

En dépit de toutes les dispositions prises pour la promotion de la santé mentale en Algérie, certains défis restent à relever. Ainsi, pour une meilleure prise en charge de cette catégorie, il est nécessaire de redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs tracés dans le domaine.

Par Louisa A. R.

C’est ce que préconise le nouveau premier responsable du secteur de la Santé, Abdelhak Saihi, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la santé mentale. Il a appelé l’ensemble des acteurs à redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs tracés dans le domaine de l’amélioration de la santé mentale. Dans son discours prononcé à l’occasion, le ministre de la Santé a précisé que
l’amélioration de la santé mentale était une priorité, comme en témoignent les mesures prises et qui seront renforcées, appelant l’ensemble des acteurs, à savoir les pouvoirs publics, les professionnels, les secteurs partenaires et la société civile, à redoubler d’efforts.
La célébration de la Journée mondiale de la santé mentale intervient cette année dans un contexte particulier de recul de l’épidémie de Covid-19, a-t-il fait observer, soulignant que cette pandémie aura des répercussions psychologiques qui imposent de redoubler d’efforts pour l’accompagnement psychologique des malades et de leurs familles, ainsi que des personnels de santé. Le ministre a rappelé que l’Algérie avait inscrit dans sa Constitution le droit des citoyens à la protection de leur santé et réalisé d’importants investissements depuis l’indépendance, pour assurer des soins de santé pour tous. Et d’affirmer que la santé mentale est un droit fondamental et une préoccupation de santé publique prévue dans la loi sanitaire.
Les politiques adoptées dans ce domaine ont permis à l’Algérie de réaliser des progrès significatifs, que ce soit en termes de structures (24 Etablissements hospitaliers spécialisés actuellement), ou au niveau des services dans les Centres hospitalo-universitaires (CHU) et certains Etablissements publics hospitaliers (EPH), ainsi qu’en termes de ressources humaines ou encore de la large couverture de la prise en charge de la santé mentale au niveau des établissements de proximité et des cliniques privées.
La loi sur la santé et le lancement de la mise en œuvre du Plan national de promotion de la santé mentale figurent parmi les outils à même d’améliorer la santé mentale, a fait savoir le ministre, ajoutant que le Plan national de promotion de la santé mentale (2017-2020), qui comprend 6 axes stratégiques, vient compléter le programme national de santé mentale.
Des défis restent à relever en dépit des mesures prises, a-t-il dit, insistant sur la nécessité de renforcer la coopération multisectorielle et de promouvoir la pédopsychiatrie qui a récemment enregistré une évolution remarquable.
Lors de cette célébration, le projet de la répartition sectorielle de la prise en charge de la santé mentale sera abordé, notamment l’hospitalisation obligatoire qui constitue un élément important dans la mise en œuvre du Plan national de promotion de la santé mentale, outre la question du soutien psychologique en situation de crise.
Pour répondre aux besoins de formation concernant l’intervention psychologique post traumatique, un guide est en cours d’élaboration avec l’appui de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a-t-il indiqué, précisant que le débat pour sa première ébauche était prévu pour hier. De son côté, le représentant de l’OMS en Algérie, Nouhou Amadou, a souligné que l’Algérie est sur la bonne voie en matière de prise en charge de la santé mentale, ajoutant que la célébration de cette journée, qui a pour slogan «La santé mentale pour tous», constitue une occasion pour mettre en exergue les défis auxquels la santé mentale est confrontée.

L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img