23.9 C
Alger
vendredi 1 juillet 2022

Tribunal Sidi M’hamed/ Accusé d’«offense à l’Islam»: L’universitaire Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme

C’est avec stupeur et indignation, exprimées sur les réseaux sociaux, notamment dans les milieux intellectuels, que la nouvelle a été accueillie avant-hier.

Par N. Stambouli

Les réactions ont décelé dans le verdict, certes sans mandat de dépôt, une grave atteinte à la liberté de conscience et de débat. En effet, c’est la première fois, ce qui peut constituer un fâcheux précédent, qu’un universitaire est poursuivi en justice par un autre universitaire, relayé par des avocats, en lieu et place d’un débat contradictoire où s’affronteraient les seuls arguments scientifiques. Le litige doctrinal portait sur une déclaration, en mai de l’année dernière, de l’universitaire quant à la licéité de ne pas jeûner durant le ramadhan. Ce genre de débat a parsemé durant des siècles l’histoire de l’islam, ce qui fait la force de l’ijtihad, sans que les fatawis en découlant ne franchissent jamais le cadre purement religieux pour rejoindre les prétoires et les tribunaux. Voici l’information, telle que rapportée par l’APS : le tribunal de Sidi M’hamed (cour d’Alger) a condamné, jeudi, l’universitaire Saïd Djabelkhir, poursuivi pour offense à l’Islam, à 3 ans de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA. Le procureur de la République près la même juridiction avait requis l’application de la loi dans l’affaire de l’universitaire, spécialiste en jurisprudence de la Charia islamique. Saïd Djabelkhir a déclaré qu’il interjettera appel, «quitte à aller jusqu’à la Cour suprême».
N. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img