5.9 C
Alger
dimanche 27 novembre 2022

Tribunal militaire de Blida: Toufik, Tartag, Hanoune et Saïd Bouteflika acquittés

La cour d’appel militaire de Blida a acquitté, hier, les accusés Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène dit «Toufik», Athmane Tartag et Louisa Hanoune de toutes les charges retenues contre eux, lors de la réouverture de leur procès en appel relatif à l’«atteinte à l’autorité de l’Armée» et au «complot contre l’autorité de l’Etat».

Par Meriem Benchaouia

«Après la lecture de l’affaire sur l’assistance par le président de la cour d’appel militaire de Blida, les accusés Saïd Bouteflika, Mohamed Mediène, Athmane Tartag et Louisa Hanoune ont été tous entendus et plaidé non coupables», a indiqué l’avocat de Said Bouteflika, Me Khaled Berghel. «Le procureur général militaire a, quant à lui, demandé l’application juste de la loi», a-t-il relevé. «Après délibération, la cour d’appel militaire de Blida a rendu la décision d’annuler le jugement en première instance et d’acquitter tous les accusés», a précisé Me Berghel. La cour d’appel militaire de Blida a décidé pour ce procès, contrairement aux précédents, de n’autoriser qu’un seul avocat par accusé. Les mis en cause vont retrouver la liberté à l’exception de Said Bouteflika et Athmane Tartag. Le frère du président déchu Said Bouteflika a été inculpé dans le cadre de l’affaire de l’ancien ministre de la Justice, Tayeb Louh, et placé sous mandat de dépôt en décembre dernier par le tribunal de Sidi M’hamed, dans l’affaire de la chaîne Istimraria TV destinée à faire la promotion du cinquième mandat. Athmane Tartag a lui aussi été placé sous mandat de dépôt pour non-respect de la procédure lors des enquêtes effectuées par ses services dans l’affaire de Mme Maya. Quant au général de corps d’armée Mohamed Mediene, il observe une période de convalescence après avoir subi une opération chirurgicale. Selon son avocat Me Farouk Ksentini, il a été placé dans une clinique militaire «à l’extérieur de la prison militaire». Le 18 novembre dernier, la chambre criminelle près la Cour suprême avait rendu un arrêt concernant l’affaire de pourvoi en cassation introduit par le procureur général militaire près la cour d’appel de Blida, Bouteflika Said, Tartag Athmane, Louisa Hanoune et Mediene Mohamed portant acceptation du pourvoi en cassation et renvoi de l’affaire et des parties devant la cour d’appel militaire de Blida. La cour d’appel militaire de Blida avait confirmé le 10 février passé le jugement en première instance en condamnant Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene et Athmane Tartag à 15 ans de prison ferme. Les accusés étaient poursuivis pour «des faits commis dans une enceinte militaire qualifiés par la loi de crimes de complot ayant pour but de porter atteinte à l’autorité de l’Armée et de complot contre l’autorité de l’Etat, faits prévus et réprimés respectivement par l’article 284 du code de la justice militaire et les articles 77 et 78 du code pénal». Rappelons que Louisa Hanoune a été libérée en février dernier, après la réduction de sa peine à trois ans de prison dont neuf mois ferme. La présidente du Parti des travailleurs a été condamnée pour «non dénonciation d’une réunion suspecte», tandis que les charges d’atteinte à l’autorité militaire et de complot contre l’autorité de l’Etat retenues contre elle ont été abandonnées.
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img