26.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Tribunal de Sidi M’hamed: Ould Abbès et Said Barkat condamnés à 8 ans et 4 ans de prison

Djamel Ould Abbès et Saïd Barkat ont été condamné, hier, à des peines respectives de 8 ans et 4 ans de prison ferme avec une amende d’un million de DA chacun.

Par Aomar F.

Les deux anciens ministres de la Solidarité nationale ont été jugés pour «détournement, dilapidation de deniers publics», «conclusion de marchés en violation de la législation» et «abus de fonction». Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed avait requis, dimanche dernier, des peines de 12 ans de prison ferme à l’encontre d’Ould Abbès et 10 ans de prison ferme à l’encontre de Said Barkat. Le tribunal de Sidi M’hamed a condamné également l’ancien secrétaire général du ministère de la Solidarité nationale, Bouchenak Khelladi, à 3 ans de prison ferme, assortie d’une amende d’un million de DA, l’ancien chef du protocole, Djellouli Said, à 2 ans de prison ferme dont une année avec sursis et une amende d’un million de DA, et l’autre ancien secrétaire général du même ministère, Ismail Benhabiles, à une année de prison ferme et une amende de 500 000 DA. Le fils de Djamel Ould Abbès, El Ouafi (en fuite à l’étranger), a été condamné, lui, à 10 ans de prison ferme, assortis d’une amende d’un million de DA avec émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre. Lors de ce procès impliquant de hauts responsables et des cadres supérieurs, des révélations ont été faites sur la mauvaise gestion des deniers publics.
Dans le réquisitoire du procureur de la République, il a été révélé que la valeur des montants dont ont bénéficié 4 associations présidées par Djamel Ould Abbès s’élève à plus de 1 850 milliards de centimes. Des travailleurs du ministère, notamment des agents de sécurité et le chauffeur personnel de l’ancien ministre Ould Abbès, ont déclaré, lors de leur audition, avoir retiré des sommes importantes «sous la pression», remises à Ould Abbes sur ordre de ce dernier.

Le procès en appel de Tahkout reporté au 30 septembre
La cour d’Alger a reporté, hier, le procès en appel de l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout au 30 septembre prochain. Le procès est reporté du fait de l’absence de certaines personnes interpellées, sachant que l’audience se déroule à distance, certains accusés se trouvant dans des établissements pénitentiaires en dehors de la capitale. A rappeler que la défense de l’accusé avait revendiqué le report du procès jusqu’à «réunion des conditions appropriées à l’audience», une demande déboutée par le président de l’audience. L’homme d’affaires Mahieddine Tahkout a été condamné en première instance à une peine de 16 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 8 000 000 DA, pour plusieurs chefs d’inculpation liées à la corruption, au blanchiment d’argent et à l’obtention d’indus privilèges. Des cadres et anciens ministres, à leur tête les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, sont poursuivis dans cette affaire.
A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img