20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Tribunal de Sidi M’hamed: Audition de Mustapha Layadhi et des propriétaires de «Attia Electronics»

Le procès de l’ancien wali de Blida, Mustapha Layadhi, poursuivi pour les chefs d’accusation d’abus de fonction et d’octroi d’indus privilèges à des investisseurs, notamment dans la wilaya de Tipasa, a débute hier matin au tribunal de Sidi M’hamed (Alger), avec l’audition des principaux accusés.En réponse aux questions du juge de l’audience, l’ex-wali a nié les griefs retenus contre lui, concernant l’octroi aux propriétaires de l’entreprise «Attia Electronics» de facilitations contraires à la loi pour la construction d’une usine de fabrication de frigos à El Hamdania (Cherchell) dans la wilaya de Tipasa, affirmant que la Calpiref avait approuvé le projet et n’avait relevé aucune opposition au sujet de la nature du terrain octroyé. Pour Mustapha Layadhi, il n’existe aucun document qui prouve «la vocation touristique» de la zone dans laquelle le terrain lui avait été octroyé en vue de la réalisation de son usine. Mustapha Layadhi avait été wali de Tipasa entre 2010 et 2015, puis de Blida jusqu’en 2018, année de son limogeage suite à la crise du choléra du mois d’août. A son tour, le directeur des Domaines de la wilaya de Tipasa, Ali Bouamrane, poursuivi également pour octroi de privilèges injustifiés, a affirmé que le terrain octroyé au groupe «Attia Electronics» appartenait auparavant à une entreprise publique, précisant qu’El Hamdania relève de la Zone d’extension touristique (ZET), depuis les années 1980. Les propriétaires du groupe, Bachir et Hamid Attia, ont indiqué, à leur tour, que le terrain octroyé en vue de la réalisation de l’usine est loin de la mer et ne fait pas partie de la ZET, ajoutant que le projet a été réalisé à hauteur de 98 % avant d’être arrêté au motif de danger pour l’environnement. Selon l’arrêt de renvoi, les propriétaires du groupe «Attia Electronics» se sont vu accorder de gré à gré des privilèges incessibles pendant 30 ans et ont bénéficié d’avantages indus lors de la passation de marchés en usant de l’influence d’agents dans différentes instances.

Des peines de 3 à 8 ans de prison ferme requises
Le procureur général près le Pôle pénal économique et financier a requis des peines allant de 3 à 8 ans de prison ferme contre l’ancien wali de Blida, Mustapha Layadhi, poursuivi avec ses coaccusés dans une affaire de corruption et d’abus de fonction.
Le procureur général a requis une peine de 8 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de DA à l’encontre de l’ancien wali, Mustapha Layadhi, et des peines de 3, 5 et 6 ans de prison ferme à l’encontre des autres accusés assorties d’une amende d’un million de DA. Les réquisitions du procureur général ont porté également sur la confiscation des avoirs saisis durant l’instruction, et l’interdiction du droit de candidature pour une durée de cinq ans pour l’accusé Layadhi.
Hamid H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img