12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Territoires sahraouis occupés Des parlementaires algériens insistent sur l’impératif de traiter sérieusement l’escalade sans précédent

Le chef de la délégation parlementaire algérienne et président du Groupe parlementaire d’amitié et de fraternité Algérie-Sahara occidental, Miloud Tessouh, a insisté, vendredi à Berlin (Allemagne), sur l’impératif de traiter, avec plus de sérieux et de responsabilité, l’escalade sans précédent dans les territoires sahraouis occupés, mettant en garde contre la persistance du conflit susceptible d’hypothéquer l’avenir de la paix et de la sécurité dans la région.
Intervenant lors de la réunion parlementaire au siège du Bundestag (Parlement allemand), en marge de la 46e Conférence de la Coordination européenne pour le soutien et la solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco), M. Tessouh a affirmé que cette réunion «intervient dans un contexte marqué par une escalade sans précédent dans les territoires sahraouis, en raison de la reprise des confrontations militaires, suite à la violation flagrante par le Maroc du cessez-le-feu, après trois décennies d’apaisement et le lancement du processus onusien, outre les exactions sécuritaires et humanitaires et le non-respect des lois et chartes internationales, d’où l’impératif pour la communauté internationale en général et pour les parlementaires représentant nos peuples, d’agir rapidement et de traiter la situation avec davantage de sérieux et de responsabilité». Dans le même cadre, il a averti que «le contexte mondial complexe, dominé par les conflits, les guerres et les crises, maintient la communauté internationale en alerte permanente en vue de traiter la question urgente du Sahara occidental, étant le plus long conflit et la dernière colonie en Afrique», ajoutant que «la persistance de ce conflit est susceptible d’hypothéquer l’avenir de la paix et de la sécurité dans la région». «Le peuple sahraoui subit toutes sortes de pratiques inhumaines sur son territoire (torture, assassinat, déplacements forcés…), outre les violations de ses droits les plus élémentaires et l’exploitation illégale de ses richesses», a-t-il déploré. Les parlementaires doivent trouver les meilleurs mécanismes pour donner un véritable élan au mouvement de solidarité avec la cause sahraouie et permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination, a estimé M. Tessouh. Partant de cette conviction et au vu du rôle des parlementaires dans la représentation des peuples et leur contribution au mouvement de solidarité international, le projet du Réseau parlementaire international de solidarité avec le peuple sahraoui a pu voir le jour en 2017, a-t-il rappelé.

Nécessité de dynamiser le réseau parlementaire de soutien au peuple sahraoui
Pour M. Tessouh, le premier défi à relever consiste en «l’activation et la dynamisation de coordinations parlementaires continentales, notamment au niveau de l’Afrique et de l’Amérique latine, comme prélude au lancement du réseau parlementaire qui aura pour mission la mise en place des canaux de communication rapides et permanents entre les parlementaires dans les différents continents».
«Le lancement de cette initiative est un point positif en faveur de la juste cause sahraouie, à même de contrecarrer les campagnes de diffamation et de désinformation qui la ciblent», a souligné le chef de la délégation parlementaire, estimant que «les parlementaires sont les meilleurs porte-parole et défenseurs de la cause dans le cadre d’un réseau unifié avec des objectifs précis, un réseau dont les Sahraouis ont grandement besoin».
«Les appels incessants à la dynamisation urgente du réseau parlementaire de soutien au peuple sahraoui émanent de la foi en la capacité de la diplomatie parlementaire de négociation, de dialogue et d’influence, car ayant la latitude et la marge de manœuvre nécessaires, contrairement à la diplomatie officielle qui obéit aux considérations politiques et économiques (…). C’est un moyen efficace en termes de rapprochement des vues et de proposition de solutions pacifiques aux crises», a expliqué M. Tessouh.
Dans ce sillage, le président du groupe parlementaire d’amitié Algérie-Sahara occidental a rappelé l’importance d’«agir de manière active et pratique à travers la participation dans les différents évènements parlementaires internationaux et régionaux pour briser le black-out imposé aux Sahraouis et rappeler aux instances internationales leur responsabilité envers ce peuple, notamment dans la protection des personnes et de leurs biens ainsi que la mise en place des mécanismes de surveillance de la situation des droits de l’homme qui ne cesse de régresser».
Le réseau parlementaire est capable d’apporter soutien et solidarité aux parlementaires, notamment ceux dont les pays affichent une position passive ou incertaine, a-t-il soutenu.
A ce propos, le parlementaire a fait savoir que «les activités internes et externes de la diplomatie parlementaire constituent une plateforme solide pour la défense du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, à travers les interventions des parlementaires dans les différentes activités ou les recommandations et rapports soumis à leurs gouvernements dans le cadre de leurs missions».
En conclusion, M. Tessouh a rappelé que «l’engagement en faveur des justes causes s’inscrit dans un cadre purement humaniste», appelant l’ensemble des parlementaires à adhérer sérieusement à cette démarche, se
disant convaincu que l’appel trouvera un écho favorable et permettra de porter haut la voix de ce peuple persécuté.
Maya G.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img