15.9 C
Alger
vendredi 30 septembre 2022

Tenus de livrer leurs récoltes aux CCLS: Rappel à l’ordre du ministère aux céréaliculteurs

Les céréaliculteurs sont tenus de livrer la totalité de leurs récoltes (blé et orge) aux Coopératives des céréales et des légumes secs (CCLS) afin d’assurer la disponibilité de ces matières premières, en vertu des dispositions de la loi de finances complémentaire 2022.

Par Louisa A. R.

A ce titre et en vertu de la loi, «les producteurs sont tenus désormais par l’obligation concrète d’assurer la livraison en totalité de la récolte auprès des CCLS». Le ministère a rappelé, également dans un communiqué, que l’opération de la collecte des céréales se prolongera jusqu’au 30 septembre prochain, conformément au communiqué de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). «Le ministère de l’Agriculture rappelle que les producteurs de céréales sont tenus, conformément aux dispositions de l’article 30 de la loi de finances complémentaire LFC 2022, de livrer la totalité de leur production aux Coopératives de céréales et légumes secs (CCLS) territorialement compétentes», a-t-il indiqué dans un communiqué. A ce titre, les directeurs des CCLS ont été instruits de respecter les instructions du ministère relatives à la collecte pour la campagne 2021-2022.
«Toute la production doit être réceptionnée sans conditions, sur présentation d’une pièce
d’identité du producteur et d’une attestation établie par le céréaliculteur concerné, précisant la localisation de la parcelle et sa superficie, la production doit être officiellement comptabilisée et stockée», a précisé le ministère. Les procédures usuellement admises : carte de fellah, fiche signalétique de la Chambre d’agriculture de wilaya, sont maintenues pour les céréaliculteurs et producteurs de légumes secs qui disposent de ces documents. Par ailleurs, tous les stocks détenus par les producteurs (semences de ferme, production pour autoconsommation) doivent être obligatoirement déclarés (quantités et lieux de stockage) à la Direction des services agricoles de la wilaya concernée, a-t-on souligné de même source.
Le ministère a expliqué que cette «importante décision d’ordre structurel prise par les pouvoirs publics, est motivée par la situation géopolitique à travers le monde et l’obligation d’assurer la disponibilité des matières premières céréalières dans notre pays». Il a rappelé, à cette occasion, que les coopératives, sous tutelle de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), constituent «un outil indispensable pour le développement de la filière céréales et légumes secs et appliquent sur le terrain la politique publique du secteur de l’Agriculture orientée vers la sécurité alimentaire et la réduction à la dépendance des importations».
Dans ce contexte, les efforts de l’Etat en faveur de cette filière sont remarquables. Ils s’agit, entre autres, du financement (crédit fournisseur, crédit Rfig), de l’accompagnement technique, de la mise à disposition des semences certifiées et d’autres intrants, des mesures de stabilisation des prix des engrais azotés en accord avec le ministère de l’Energie et des Mines (Asmidal), ainsi que du soutien financier pour l’acquisition des équipements (matériel de récolte et équipements d’irrigation). Les efforts de l’Etat pour le développement de la céréaliculture ont porté aussi sur le relèvement du niveau des prix d’achat des céréales par les CCLS à 6 000 DA/quintal de blé dur, 5 000 DA/quintal pour le blé tendre et 3 500 DA/quintal pour l’orge, la mobilisation du parc moissonneuses-batteuses, ainsi que l’organisation de la collecte et des guichets uniques de paiement (CCLS, BADR, CNMA).
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img