16.9 C
Alger
dimanche 4 décembre 2022

Tension sur le lait subventionné : Le Groupe Giplait promet un retour à la normale «cette semaine»

Le lait pasteurisé se fait toujours désirer dans la capitale, où les consommateurs font face, depuis le début du mois de ramadhan, à une crise récurrente en la matière. La situation devient de plus en plus intenable durant ce mois sacré où la demande augmente encore sensiblement. Le P-DG du Groupe public Giplait est revenu sur les raisons de la tension sur le lait subventionné, tout en précisant qu’elle «devrait se stabiliser à partir de cette semaine».

Par Louisa Ait Ramdane

Selon Mouloud Harim, ce phénomène est dû à une augmentation «très importante» de la demande sur ce produit durant le ramadhan. Le responsable du Groupe public a considéré que le lait pasteurisé conditionné (LPC) est devenu une matière première que les consommateurs utilisent pour les besoins des préparations culinaires ainsi que pour préparer d’autres produits laitiers qui sont beaucoup plus chers si on les achète directement, à l’instar du fromage, du petit lait, du lait caillé, des yaourts et autre crème fraîche qui sont très consommés au cours du mois sacré.
«Grâce à l’augmentation de la production par les différentes filiales, le marché devrait se stabiliser au cours de cette semaine», a assuré le P-DG, notant, à titre d’exemple, que la situation a commencé à se stabiliser depuis dimanche dans la région du Centre, qui a connu de fortes tensions.
Selon lui, cette année est «exceptionnelle» pour le Groupe qui n’a jamais atteint des niveaux de production journalière de LPC aussi élevés, atteignant entre 4,1 millions et 4,2 millions de litres/jour (l/j), à partir de la première semaine du ramadhan, alors qu’ils étaient de l’ordre de 2,7 millions l/j avant le début du mois d’avril.
Le P-DG de Giplait a souligné que son Groupe est prêt à augmenter encore plus la production si le besoin se fait ressentir, afin de faire face à la demande, indiquant que ses unités sont en mesure de produire entre 5 et 6 millions l/j, grâce aux investissements sur fonds propres de l’ordre de 11 milliards de dinars réalisés par le Groupe depuis 2010.
En plus d’augmenter la production, Giplait est intervenu en organisant la distribution à travers les filiales du groupe, avec des livraisons qui se font très tôt le matin et en effectuant des rotations supplémentaires, en cas de besoin, surtout au niveau des points de vente du Groupe, fera remarquer le P-DG de Giplait. A ce titre, il a mentionné que le Groupe compte 130 points de vente à travers l’Algérie, dont 108 sont opérationnels, et avec une vingtaine d’entre eux implantés à Alger.
Il annonce, en outre, l’ouverture, dès hier, d’un nouveau point de vente dans la localité de Chéraga, à l’ouest de la capitale, plus précisément à côté du marché communal, en attendant l’ouverture d’un autre point de ventre à Bouzaréah, sur les hauteurs d’Alger.
Concernant les capacités du Groupe en matière de lait de vache, le responsable du Groupe public a indiqué que plus de 400 000 litres sont mises sur le marché quotidiennement déclinés en petit lait (l’ben) et en différents laits. La collecte globale de lait de vache tourne autour de 460 000 l/j, dont 80 000 à 90 000 l/j sont collectés par la laiterie de Sétif, d’après les chiffres avancés par Mouloud Harim.
A noter que le Groupe Giplait s’est adjugé 58 % des parts de marché du LPC, réalisant un chiffre d’affaires de 38 milliards de dinars en 2020, cela malgré les perturbations occasionnées par la pandémie de Covid-19, avec l’ambition de le porter à 40 milliards de dinars, au terme de l’actuel exercice, «si ça continue à ce rythme», conclut son P-DG.
L. A. R.

Article récent

Le 04 Decembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img