13.9 C
Alger
lundi 25 octobre 2021

Tension dans le secteur: Grève et sit-in à partir d’aujourd’hui dans l’Education

Les membres de l’Intersyndicale de l’éducation ont décidé de s’engager dans une
série de mouvements de protestation qui débutera par une suspension de travail
aujourd’hui, accompagnée de sit-in devant les directions de l’éducation à travers
les différentes wilayas du pays.

Par Thinhinene Khouchi

Rien ne va plus dans l’Education. En effet, le secteur connaît depuis dimanche dernier des contestations des travailleurs et des enseignants à travers nombre de wilayas, telles que Khenchela, Oum El Bouaghi, Mila, Mostaganem, Aïn Témouchent et Souk Ahras. Des informations circulent déjà quant à l’adhésion des enseignants de Béjaïa et autres wilayas de la Kabylie à ce mouvement de protestation. A Alger, quelques écoles primaires suivent déjà le mouvement pour la concrétisation d’une série de revendications. Réunis lundi soir au siège de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef), les membres de l’Intersyndicale de l’éducation, a savoir l’Unpef, le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) et le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), ont décidé de s’engager dans une série de mouvements de protestation qui débutera par une grève aujourd’hui (mercredi 28 avril) accompagnée de sit-in devant les directions de l’éducation à travers les différentes wilayas du pays. Les trois syndicats relevant du secteur de l’Education nationale ont appelé, à cette occasion, à une réaction «favorable» à leurs revendications socioprofessionnelles et pédagogiques, notamment la révision des programmes scolaires. Dans un communiqué commun, les syndicats ont affirmé avoir tenu cette réunion pour «l’unification des efforts» et revendiquer la concrétisation d’une série de revendications socioprofessionnelles et pédagogiques. Sur le plan socioprofessionnel, ces syndicats revendiquent l’augmentation au double du «point indiciaire» et la révision du dossier d’indemnisation, outre le droit à la retraite proportionnelle et la retraite sans condition d’âge, en sus de l’application immédiate du décret 14/266 avec effet rétroactif. Les revendications portent également sur le lancement des statuts et la régularisation définitive des infractions financières en instance au niveau des wilayas, en plus de la réparation de la situation des corps touchés par le reclassement (les intendants, le personnel de l’orientation scolaire et professionnelle, les conseillers d’éducation, les employés des laboratoires, les assistants d’éducation et les conseillers en alimentation scolaire). Il est également question de régulariser définitivement la situation des diplômés des Ecoles normales supérieures et l’insertion des corps communs, des travailleurs professionnels et des enseignants contractuels dans le secteur de l’Education, à l’image de leurs collègues ayant été insérés dans le cadre de l’Agence nationale de l’emploi (Anem). Concernant le volet éducatif et pédagogique, les revendications ont porté sur la révision des programmes scolaires, l’amélioration de la formation et les conditions de scolarisation, outre la réduction du volume horaire pour tous les cycles tout en exemptant l’enseignant du primaire des missions non pédagogiques.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img