19.9 C
Alger
lundi 27 mai 2024

Surcharge des classes, et conflits divers à Béjaïa : Grève dans plusieurs établissements scolaires

Comme chaque année, quelques jours seulement après la rentrée scolaire, des insuffisances apparaissent et d’autres refont surface. C’est le cas, cette année encore, où plusieurs établissements scolaires évoluent dans des carences et des conflits, poussant les enseignants à entrer en grève. Après le CEM Turkine de Tichy, le lycée Stambouli de Sidi Ahmed, le lycée El Hammadia (dit Polyvalent) et le lycée Maâouche Idris de Taskariout ainsi que le CEM Benali Saâdi de Tizi N’berber sont en grève. Surcharge des classes, emplois du temps et programmation inadéquats, conflits avec l’administration et le chef d’établissement, sont autant de problèmes dans lesquels vivent ces établissements après plus de 10 jours de la rentrée scolaire. Les quelques 125 enseignants du lycée El Hammadia sont en grève afin de réclamer la décongestion de l’établissement et la répartition des effectifs du lycée Ibn Sina qui est fermé depuis trois années sur d’autres établissements comme promis l’an dernier. Les grévistes réclament l’ouverture de l’ITE et l’affectation des élèves en plus vers cette structure. «Nous avons, en vain, saisi l’an dernier la tutelle afin de répartir les effectif du lycée Ibn Sina sur plusieurs établissements et de rouvrir l’ITE et les y affecter afin de réduire les effectifs du lycée El Hammadia qui avoisinent les 2 200 élèves», indique Amer Aïssat, responsable de la section syndicale de l’établissement. Et d’ajouter «nous évoluons avec 54 divisons au lieu de 45 cette année et l’an dernier, nous avions eu 49 divisions alors que nous disposons seulement de 45 salles». «Ce sont tous les élèves du CEM Slimane Hadjres qui ont aussi été affectés chez nous cette année et nous nous re- trouvons, hélas, avec 92 groupes de 28 à 29 élèves alors que la norme serait de disposer des groupes de 20 élèves chacun». «Il est impossible pour nous d’évoluer dans ces conditions, sachant que le volume horaire des enseignants a augmenté aussi de plusieurs heures». De leur côtés, les enseignants du lycée Idris Maâouche de la municipalité de Taskariout sont, eux aussi, en grève depuis le début de l’année. Les grévistes sont en conflit avec le chef d’établissement. Un conflit qui date de l’an dernier. Les relations s’étaient, au début, dégradées entre le directeur et quelques enseignants qui ont remis en cause sa méthode de gestion avant de se généraliser à d’autres enseignants et s’exacerber davantage. Selon une source locale, le directeur est en congés de maladie et les grévistes demandent son départ. Une réunion a eu lieu avec la tutelle en fin de la semaine dernière afin de trouver une solution. Les parents d’élèves sont très inquiets sur le sort de leurs enfants qui n’ont pas pu reprendre leur scolarité et commencent à perdre patience. Pour leur part, les professeurs du CEM Benali Saâdi sont, également, en conflit avec le directeur de l’établissement pour une histoire de programmation et d’emploi du temps.
Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img