18.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Suite à la réaction marocaine «inacceptable»: La Tunisie rappelle son ambassadeur à Rabat

La Tunisie a annoncé, hier, que son ambassadeur au Maroc quittait le pays, en réponse aux autorités marocaines qui ont rappelé le leur la veille. Au cœur de la discorde : Rabat reproche à Tunis d’avoir déroulé le tapis rouge et invité le président sahraoui au Sommet Afrique-Japon. La Tunisie n’a pas tardé à réagir. En effet, la Tunisie a annoncé le rappel de son ambassadeur à Rabat pour consultations suite à la réaction marocaine «inacceptable» concernant la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) à la 8e Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD 8), prévue hier et aujourd’hui à Tunis. Dans un communiqué publié hier, le ministère tunisien des Affaires étrangères a exprimé son «profond étonnement face à ce qui a été déclaré dans un communiqué du Royaume du Maroc», le qualifiant d’«inacceptable». Insistant sur «sa neutralité et son respect pour la légalité internationale», la Tunisie «s’engage à respecter les résolutions onusiennes au même titre que celles de l’Union africaine (UA) dont le pays est l’un des membres fondateurs». «Il convient de préciser, dans ce cadre, que l’Union africaine, en tant que principal participant à cette conférence, avait appelé tous ses membres, y compris la RASD, à y prendre part», ajoute la même source. Balayant d’un revers de la main les allégations mensongères de la diplomatie marocaine, le ministère tunisien des Affaires étrangères n’a pas manqué de préciser que l’UA avait ensuite adressé une invitation individuelle à la RASD, en application des décisions de son Conseil exécutif lors de la réunion des 14 et 15 juillet à Lusaka, en présence d’une délégation marocaine. Pour rappel, le Maroc avait lamentablement échoué dans sa tentative visant à convaincre les délégations africaines d’exclure la République sahraouie de la participation aux travaux de la 8e TICAD, le Conseil exécutif de l’UA ayant approuvé une résolution à travers laquelle il avait appelé à la participation de tous les pays africains à ce rendez-vous. Cette résolution a été approuvée au terme d’une séance à huis clos marquée par un long débat des ministres africains des Affaires étrangères, dans le cadre de la 41e session du Conseil exécutif de l’UA dont les travaux se sont déroulés dans la capitale zambienne. D’ailleurs, rappelle le ministère tunisien dans son communiqué, «la République sahraouie avait participé à la 6e édition de la TICAD en 2006 à Nairobi (Kenya) et à la 7e édition tenue en 2019 à Yokohama (Japon)». Elle a également participé «à d’autres rencontres régionales à l’instar du Sommet Afrique-Europe en février 2022 à Bruxelles et en présence d’une délégation marocaine». Partant, la Tunisie estime qu’il n’existe aucun motif logique justifiant la déclaration du Maroc, surtout que la Tunisie a tenu à se conformer à la législation africaine relative aux partenariats et à l’organisation de rencontres. La Tunisie, qui souligne dans le texte son attachement à ses constantes diplomatiques bannissant toute ingérence dans les affaires internes des pays et qui affirme le respect de leurs choix, insiste, tout autant, sur «la souveraineté de ses décisions et le respect de ses propres choix». Le président de la RASD et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, est arrivé vendredi à Tunis pour prendre part aux travaux de la TICAD 8. Accompagné d’une importante délégation, il a été accueilli par son homologue tunisien, Kaïs Saïed, à son arrivée à l’aéroport international de Carthage.
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img