22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Subissant d’«énormes» pertes depuis mars dernier: Les éleveurs de bétail réclament la réouverture des marchés hebdomadaires et menacent…

Menaçant d’organiser un sit-in dans les prochains jours, les éleveurs de bétail, y compris leur fédération, appellent à l’ouverture des marchés hebdomadaires après leur fermeture depuis mars dernier en raison de la pandémie Covid-19. Malgré l’ouverture et le retour de toutes les activités commerciales, des plages et des grandes mosquées, les marchés aux bestiaux et les différents marchés hebdomadaires sont toujours fermés. Subissant des pertes colossales depuis la fermeture des marchés hebdomadaires aux bestiaux depuis mars dernier, les éleveurs ainsi que la Fédération nationale des éleveurs de bétail ont réitéré leurs appels à la réouverture de ces marchés le plus rapidement possible. Les éleveurs indiquent ne pas comprendre pourquoi toutes les activités commerciales ont repris depuis plus d’un mois, notamment les coiffeurs, les fast-foods, les magasins de vêtements, même les restaurants, ainsi que les plages et mosquées, mais les marchés hebdomadaires ont été «privés» de cette reprise. Certains éleveurs ont donc exprimé leur mécontentement et leur désir de reprendre leur activité, «comme toutes les autres activités commerciales ouvertes depuis un certain temps», nous dira un éleveurs de bétail qui assure avoir subi depuis le mois de mars dernier de lourdes pertes. Et d’ajouter : «On a emprunté de l’argent, mais vu que la situation continue de se dégrader et devant la fermeture des marchés hebdomadaires, on n’arrive plus à subvenir à nos besoins. Pis encore, on n’arrive même pas à rembourser nos dettes». Un autre éleveur de mouton nous confie : «On ne va pas tenir longtemps, ils doivent rouvrir les marchés hebdomadaires et on s’engage à respecter le protocole sanitaire imposé par les autorités responsables, pour éviter la propagation de l’épidémie». «Contrairement aux autres activités commerciales qui sont dans des salles et endroits fermés et qui ont, malgré cela, été autorisées à reprendre, les marchés hebdomadaires sont en plein air et ne peuvent donc pas être un foyer pour le virus de manière importante», indiquent les éleveurs. En outre, Ils assurent qu’«il est inconcevable que les plages et les parcs soient ouverts aux vacanciers qui ne respectent pas les mesures de prévention et pas les marchés !» Mais les éleveurs ne comptent pas rester les bras croisés. En effet, si la réouverture des marchés hebdomadaires ne se fait pas dans les prochains jours, ils menacent d’organiser des sit-in ou même des marches pour que leurs revendications soient prises au sérieux, assurant que malheureusement un grand nombre d’éleveurs ont été contraints de vendre aux points noirs et de travailler illégalement en raison de la faillite et des pertes subies depuis des mois. De son côté, le président de la Fédération nationale des éleveurs, Mohamed Boukrabila, a estimé qu’«il est injuste de ne pas vouloir ouvrir les marchés hebdomadaires, pas seulement de bétail mais à toutes les autres activités, du moment que les autres activités commerciales ont toutes repris». A cet égard, Boukrabila a appelé le ministère de l’Agriculture et les autorités locales à intervenir pour trouver une sortie rapide à cette situation et épargner ainsi aux éleveurs de plus en plus de pertes car, selon lui, «ils en ont subi suffisamment lors du dernier Aïd El-Adha déjà».

Thinhinene Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img