5.9 C
Alger
samedi 4 décembre 2021

Stress hydrique à Béjaïa: Le niveau du barrage Tichi-Haf a drastiquement chuté

Le programme de production et distribution d’eau potable élaboré par l’Algérienne des eaux depuis plusieurs semaines pourrait être compromis, eu égard au manque de pluviométrie qui affecte la wilaya depuis plusieurs mois.

Par Hocine Cherfa

Le plan basé sur la production, la distribution équitable et rationnelle d’eau potable sur les habitants, qui s’est traduit sur plusieurs actions, a porté jusque-là ses fruits. Cependant, les voyants indiquent que les choses sont de plus en plus difficiles, en raison du retard des pluies et les changements climatiques automnaux qui menacent la région de sécheresse. Le niveau des forages privés a diminué aussi. Cela s’est accentué depuis le début du mois de septembre, mois où l’on enregistre généralement des apports considérables d’eau de pluie. L’apport en pluviométrie pourrait redresser la situation et éloigner le spectre de la sécheresse et du stress hydrique qui menace la région. Les indicateurs, qui sont presque à l’orange actuellement, pourraient virer au rouge dès le mois de décembre prochain si le retour des pluies tarde. Le barrage de Tichi-Haf est tel que son niveau très en baisse pourrait ne pas satisfaire la demande des habitants en eau potable dès le mois de décembre prochain si la situation de sècheresse venait à persister. Au-dessous des 15 % environ, le barrage est à son plus bas niveau depuis sa mise en service en 2009, soit 9,5 millions de mètres cubes seulement de sa capacité d’emmagasinage qui est de plus de 83 millions de mètres cubes. Des 9,5 millions de mètres cubes emmagasinés dans le barrage, pourraient être utilisés seulement 4,5 millions de mètres cubes, alors que le volume de production quotidien a drastiquement chuté aussi. Il est présentement de 60 à 65 000 mètres cubes seulement. Avec une pluviométrie quasi nulle, l’eau disponible au niveau de cette structure hydrique pourrait servir pour une durée de deux mois, soit jusqu’à la fin du mois de novembre ou début décembre, a affirmé, sur la radio locale, le responsable de la structure, il y a quelque temps déjà. Pour rappel, le plan mis en œuvre par l’Algérienne des eaux consiste en la réparation des fuites, le renouvellement et la réparation des conduites pour éviter le gaspillage d’eau, l’intervention rapide sur les réseaux défectueux, la distribution et la répartition rationnelle de la ressource sur les habitants, la réhabilitation des anciens et la réalisation de nouveaux forages. Une quinzaine de forages, voire plus, ont été mis en service dans toute la wilaya, ce qui a été d’un grand apport en matière de production d’eau potable, de l’avis du directeur de l’Algérienne des eaux qui nous a affirmé cela il y a quelques semaines. Le bulletin météo annonçant hier des pluies est un bon présage pour la région et ses habitants qui attendent avec beaucoup d’impatience le retour des perturbations climatiques afin de tourner la page des chaleurs et des incendies qui ont détruit d’importantes surfaces végétales et accentué le manque d’eau dans la région.
H. C.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img