15.9 C
Alger
mardi 6 décembre 2022

Soutien à la production cinématographique: Soraya Mouloudji annonce la création d’un nouveau mécanisme

Après le cri d’alarme des cinéastes algériens au ministère de la Culture et des Arts suite à la suppression du Fonds national pour le développement de l’art, de la technique et de l’industrie cinématographiques et de la promotion des arts et des lettres (Fndaticpal), la réponse du ministère de tutelle est enfin venue.

Par Abla Selles

La ministre de la Culture et des Arts, Soraya Mouloudji, a annoncé, lundi à Alger, la création d’un nouveau mécanisme devant soutenir la production cinématographique, rassurant les acteurs de l’industrie du cinéma que l’Etat ne renoncera jamais à l’accompagnement de leurs projets, selon un communiqué du ministère.
Lors d’une rencontre avec des acteurs du domaine cinématographique et des représentants de l’administration centrale du ministère de la Culture et des Arts et des institutions sous tutelle, la ministre a annoncé la «substitution du mécanisme de soutien qui s’effectuait auparavant dans le cadre du Fonds national pour le développement de l’art et de la technique et de l’industrie cinématographique par un nouveau mécanisme consistant en l’octroi de subventions au titre du budget de fonctionnement du ministère de la Culture et des Arts».
«Dès l’adoption de ces procédures, dans les prochaines semaines, il sera procédé à l’octroi de subventions aux projets cinématographiques déjà acceptés, alors que les nouveaux projets seront étudiés ultérieurement», a-t-elle assuré, ajoutant qu’un programme de soutien à la production cinématographique sera élaboré et proposé aux services du ministère des Finances pour approbation.
La ministre a également ordonné la préparation d’une étude technique pour la création d’un centre national des archives cinématographiques chargé d’archiver et de numériser les films algériens, outre l’ouverture de la voie aux particuliers pour l’exploitation des salles de cinéma dans le cadre d’un cahier des charges spécifique. Dans le même contexte, Mme Mouloudji a insisté sur la «restitution définitive des copies de films qui ont été restaurées et numérisées, et qui se trouvent dans des laboratoires à l’étranger». Les travaux de cette rencontre ont été sanctionnés par des recommandations visant, entre autres, à assurer un climat propice à l’investissement en vue de promouvoir le cinéma algérien.

A. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img