20.9 C
Alger
jeudi 11 août 2022

Soignants

En Occident, la question de la vaccination obligatoire devient de plus en plus prégnante, surtout concernant celle des soignants, alors que le nombre de cas augmente considérablement une fois encore à travers la planète. En France, si Emmanuel Macron avait, il y a plusieurs mois, tranché la question en assurant que jamais le vaccin contre le coronavirus ne serait obligatoire, plusieurs voix s’élèvent désormais pour demander que le choix de se faire vacciner ou non ne soit pas permis aux soignants. Alors que le gouvernement prépare de nouvelles annonces pour tenter de contenir le variant Delta du Covid-19, l’inquiétude monte quant au refus catégorique de certains soignants de se faire vacciner. Invité de BFMTV hier, François Bayrou, ex-allié de Macron à la présidentielle de 2017, a rappelé que, selon lui, la situation épidémique n’aurait «pas d’autre issue (…) que la vaccination obligatoire pour tout le monde». «La vaccination, c’est un traitement naturel de renforcement de l’immunité de chacun», a-t-il expliqué, soulignant que les nombreux autres vaccins existants avaient permis de sauver de nombreuses vies et d’éteindre certaines maladies. Le Haut-commissaire au Plan juge, par ailleurs, comme de la «non-assistance en personne en danger» le refus de certains soignants de se faire vacciner. Selon lui, lorsqu’un soignant travaillant dans un hôpital public se soustrait à la vaccination, il doit être «suspendu de son travail». «Qu’est-ce que vous feriez dans l’hôpital public si un chirurgien refusait de se laver les mains et de mettre des gants pour une opération ? On lui dirait ‘’vous ne pouvez pas exercer votre métier’’», argue François Bayrou. Une prise de position remarquée, alors que le premier ministre, Jean Castex, a sollicité jeudi dernier les présidents de groupes parlementaires pour recueillir leur avis sur la vaccination obligatoire des soignants. Le Parti socialiste, Les Républicains, l’UDI ou encore le Parti communiste, se sont déclarés favorables à cette idée alors que le Rassemblement National, La France Insoumise et Debout la France ont fait connaître leurs réserves. Sur BFMTV, le maire de Pau a également estimé que l’instauration d’un pass sanitaire dans les cinémas, restaurants et salles de sport paraît inéluctable. Selon lui, «il ne se passera pas trois semaines avant qu’on ait cette obligation». Évoquant le travail des restaurateurs qui «ont cessé de travailler pendant presque 18 mois», François Bayrou a insisté : «On ne va pas les condamner à abandonner leur métier parce qu’il y a des craintes infondées qui existent». Reste à voir comment le gouvernement gérera la fronde des soignants, car alors que le secteur sanitaire manque cruellement de personnel une proposition telle que celle de Bayrou ne fera qu’affaiblir davantage un système déjà engorgé et qui ne suscite déjà plus beaucoup de vocations.
F. M.

Article récent

Le 11 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img