22.9 C
Alger
jeudi 18 août 2022

Socialiste

Plutôt que de se rassembler pour espérer se hisser au second tour de la présidentielle, la gauche française vient au contraire de voir apparaître une nouvelle candidate en la personne de Christiane Taubira qui fragmentera encore un peu plus le vote de ses électeurs. Et si pour le moment elle parle de sa candidature au conditionnel, sa seule évocation est déjà suffisante pour créer l’émoi à gauche. Surtout du côté du PS, l’ex-ministre de François Hollande étant l’une des personnalités les plus appréciées par les électeurs socialistes. Or, le PS a déjà une candidate officielle, qui si elle plafonne toujours à 4 % d’intentions de vote, n’en est pas moins la candidate officielle du parti. D’ailleurs, cette dernière a été l’une des premières à réagir face à la possible candidature de l’ex-garde des Sceaux. Pour Anne Hidalgo, ce serait en effet une erreur. Cette possible nouvelle candidature va «désespérer un peuple de gauche qui désespère déjà beaucoup», a ainsi estimé la maire socialiste. Si elle affirme que Christiane Taubira a tout son respect, l’édile de la capitale est catégorique : «Je pense qu’il ne faut pas ajouter une candidature de plus à gauche». « La meilleure façon de créer l’union, c’est de le faire en transparence, dans le cadre d’une primaire ouverte à ces forces de gauche qui veulent gouverner ensemble», a réitéré Anne Hidalgo, en référence à sa proposition de primaire de la gauche. «Je suis quelqu’un de réaliste, je vois cela, je continue à dire que l’union est quelque chose d’indispensable», a insisté la socialiste, voyant dans sa proposition le seul moyen pour son camp d’arriver au second tour du scrutin présidentiel d’avril prochain. «La gauche ne gouverne jamais si elle n’est pas unie», a-t-elle également relevé. Toutefois, sa proposition ne remporte pas l’adhésion escomptée : Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ont été catégoriques et annoncé qu’ils refusaient de participer à une primaire. Christiane Taubira n’a pas précisé si elle participerait à cette primaire voulue par Anne Hidalgo dans le cas où elle confirmerait sa candidature à l’Élysée. Elle a donné rendez-vous aux Français mi-janvier pour une annonce finale. Soit environ deux petites semaines avant la primaire populaire, organisée par le collectif du même nom. Reste à voir si Taubira suscitera l’enthousiasme des électeurs et prendra des points aux autres candidats de sa famille politique dans les sondages ou si son annonce finalement ne changera pas le statu quo mettant peut-être en évidence le désintérêt des Français pour la gauche d’aujourd’hui.

 

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img