26.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

SMA: L’école du patriotisme, de la solidarité et de l’entraide

La Journée nationale des Scouts musulmans algériens sera célébrée aujourd’hui, 27 mai, pour mettre en exergue le rôle de l’organisation des Scouts musulmans algériens (SMA), une véritable école qui a inculqué, depuis sa création, aux enfants et jeunes Algériens, génération après génération, l’amour de la patrie et l’esprit de solidarité et d’entraide. C’est Mohamed Bouras qui a fondé le premier groupe scout «El Fallah» en 1935, avant de mettre en place, quatre ans plus tard, la Fédération des scouts musulmans algériens. Il a consacré sa vie à la formation des jeunes Algériens et la diffusion des valeurs de lutte, de rigueur et de discipline dans les rangs des SMA.
La Journée nationale des Scouts musulmans algériens coïncide avec l’anniversaire de la mort de Mohamed Bouras, exécuté par les forces coloniales françaises le 27 mai 1941 à Alger.
Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a pris la décision en mars dernier de consacrer le 27 mai Journée nationale des Scouts musulmans afin de «préserver la mémoire nationale et renforcer la solidarité nationale», et pour exprimer «la volonté de l’Etat de développer le mouvement éducatif de volontariat qui inculque l’esprit de générosité et de leadership».
L’école des SMA a forgé la personnalité de nombreux jeunes du mouvement national, pétris des valeurs ancestrales du peuple algérien, qui seront à l’avant-garde de la lutte de Libération déclenchée le 1er Novembre 1954. Larbi Ben M’hidi, Ahmed Zabana, Didouche Mourad, Badji Mokhtar, Souidani Boudjemaa, Zighoud Youcef, M’hamed Bougara, Hamou Boutlélis, Debbih Chérif et tant d’autres chouhada se sont abreuvés à la source du scoutisme.
Parmi le groupe historique qui est à l’origine du déclenchement de la Révolution de Novembre 1954, 18 membres faisaient partie des SMA.
Le commandant général des (SMA), Abderrahmane Hamzaoui, a affirmé que l’institution de la Journée nationale des Scouts musulmans «renforce la place de l’organisation scoute, met en valeur son rôle dans l’éducation des jeunes et l’encourage à poursuivre ses efforts au service de la patrie et de la société».
M. Hamzaoui a considéré que les SMA constituaient «un legs du mouvement national, d’autant qu’ils continuent à s’acquitter d’un rôle important auprès des jeunes dans le but de sauvegarder la mémoire nationale». Pour l’historien Mohamed Lahcen Zeghidi, les SMA ont constitué un «terreau fertile pour la génération de Novembre qui a défendu l’identité nationale algérienne musulmane».
Donnant un sens concret à l’esprit de solidarité et d’entraide, les SMA participent, de nos jours, aux campagnes de dons du sang, à la distribution des colis alimentaires aux nécessiteux, notamment durant le ramadhan.
Quelque 60 000 bénévoles ont été mobilisés en 2021 à l’occasion du mois sacré par les SMA, qui transforment leurs locaux en centres de collecte des aides lorsqu’il y a nécessité.
Les SMA participent également aux campagnes de prévention et de lutte contre les fléaux sociaux, tels que la toxicomanie et le tabagisme, ainsi qu’aux campagnes de reboisement et de nettoyage.
Depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19, cette organisation a pris une part active aux campagnes de prévention. Elle a signé, à cet effet, en mars dernier, un accord de collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en vue de sensibiliser les populations à la nécessité du maintien des mesures de prévention et l’importance de la vaccination. Les SMA sont très actifs aussi dans les domaines culturel, éducatif (notamment l’enseignement de l’histoire de la Révolution) et de protection de l’environnement.
Jusqu’à janvier 2021, les SMA comptaient dans leurs rangs plus de 100 000 adhérents.
Mohamed Bouras est né le 26 février 1908 à Miliana dans une famille pauvre. Il a quitté les bancs de l’école après la mort de son père, pour travailler à l’âge de 16 ans dans les mines de fer de Zaccar, près de sa ville natale, et subvenir aux besoins de sa famille.
En 1926, il se rendit à Alger où il fréquenta le cercle intellectuel Ettaraki et devint proche politiquement de l’Association des oulémas et de son chef, cheikh Abdelhamid Ibn Badis. Il créa le groupe scout «El Falah» à La Casbah, puis fédéra les différents groupes scouts existants.
Mohamed Bouras était convaincu que pour arracher la liberté et l’indépendance, il fallait éduquer les jeunes et leur inculquer l’esprit de patriotisme.
Hocine D.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img