21.9 C
Alger
mercredi 5 octobre 2022

Situation sanitaire: Les Béjaouis de plus en plus vigilants

La courbe épidémiologique des personnes atteintes par le coronavirus continue de grimper, poussant les citoyens à plus de lucidité, de vigilance et surtout à adopter de manière très stricte les mesures barrières dont le port du masque de protection et la distanciation physique. Ce qui est une bonne chose, même si certains récalcitrants continuent d’être dans le déni. La situation arrêtée jeudi dernier fait état de l’hospitalisation de 780 personnes, soit 32 malades de plus que la veille. Parmi les 229 cas admis au CHU de Béjaïa, dont 102 à l’unité Khéllil-Amrane, 8 sont en réanimation et 30 au service des urgences, attendant toujours une place vu que les lits des nombreux services de l’EPH dédiés au Covid sont saturés. 46 cas sont pris en charge à Frantz-Fanon et 43 à la maternité de Targa Ouzemour. Les autres établissements hospitaliers sont également saturés et ont dépassé leurs capacités, notamment l’EPH de Sidi-Aïch où l’enregistre 132 malades et celui d’Akbou avec 144 cas. Au niveau de l’hôpital d’Amizour, le nombre de patients est de 111 et à Aokas on compte 89, alors que 75 personnes atteintes de Covid sont recensées à l’EPH de Kherrata. Hier matin, le nombre de malades hospitalisés au CHU de Béjaïa avait légèrement baissé. 224 malades ont été enregistrés, dont 136 à l’unité Khellil-Amrane qui compte 9 en réanimation et 37 attendent des lits, 45 à Frantz-Fanon et 43 à l’unité Targa Ouzemour, dont 18 femmes enceintes, 11 bébés de plus d’un an et 14 nouveau-nés. On a également appris hier que 168 personnes atteintes de Covid étaient hospitalisées à l’EPH d’Akbou, 79 à l’EPH et 48 à Kherrata. Notons que la cellule de crise de la wilaya, qui s’est réunie mercredi, a proposé, entre autres, de ramener le confinement à 15h, en plus de la suspension pour 10 jours du transport inter-wilayas, la fermeture de certains magasins et marchés, le port obligatoire de la bavette, l’encouragement et l’élargissement des campagnes de vaccination. L’élan de solidarité provoqué par le manque d’oxygène et le nombre de malades qui s’est multiplié ces dernières semaines se poursuit à Béjaïa. L’entreprise Ifri a octroyé 1 200 concentrateurs d’oxygène en faveur des établissements hospitaliers les plus touchés à l’échelle nationale, en plus de leur approvisionnement en eau potable. Le mouvement associatif de la ville de Tazmalt, regroupant plusieurs associations, a décidé d’aménager, hier, la crèche communale en centre d’hospitalisation d’urgence, alors qu’une proposition d’hospitalisation à domicile des patients atteints de Covid a été faite par le Professeur Hamid Adja, président du Conseil scientifique du Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa. Une cellule du même genre a été créée par le CHU et est chapeautée par le Dr Hocine Hocine. Elle concerne les malades nécessitant une oxygénation à moins de 10 litres. «L’objectif de cette initiative,
d’après le Professeur, est de libérer des places d’hospitalisation afin de les réserver uniquement aux patients qui présentent des formes graves et nécessitent une hospitalisation», a-t-on souligné.
Hocine Cherfa

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img