22.9 C
Alger
lundi 8 août 2022

Situation au Sahara occidental: Les provocations du Makhzen ont changé la perception des journalistes français

La reprise de la guerre dans les territoires sahraouis et les provocations du Makhzen ont changé la perception des journalistes français concernant la question sahraouie, constate la militante française Claude Mangin-Asfari qui note que les agissements du Maroc ont fini par «fatiguer» les professionnels des médias en France. Le regard des journalistes français concernant la question sahraouie «a changé à tout jamais», après la reprise de la guerre en novembre 2020 mais aussi «parce que les provocations marocaines ont fini par fatiguer même les journalistes français», assure, hier, Claude Mangin-Asfari, dans un entretien accordé à l’APS en marge des travaux de la 45e Conférence européenne de soutien et de solidarité au peuple sahraoui (Eucoco), qui se tient à Las Palmas (Grande Canarie, Espagne). Membre de l’Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique et épouse du militant sahraoui Naâma Asfari, incarcéré depuis 2010 par le régime marocain, Mme Mangin annonce l’organisation, en février prochain, d’une visite au profit de la presse française et internationale dans les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf. «Nous avons déjà organisé une visite similaire en octobre dernier et les journalistes ont découvert qui étaient les Sahraouis, en vivant avec eux pendant une semaine», signale la militante. «Avant, ils ne connaissaient les Sahraouis qu’à travers une dépêche AFP (Agence France presse) reprenant une dépêche de la MAP (agence marocaine de presse)», indique-t-elle. «En octobre, tous les journalistes (intéressés) ne pouvaient pas venir, c’est pour cela que nous organisons une nouvelle mission en février», ajoute-t-elle. R. M.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img